Ventes aux enchères annulées, foires repoussées, galeries fermées, artistes confinés… Les conséquences de la pandémie ont particulièrement affecté le marché de l’art et continueront à le faire durant les mois à venir. Les échanges internationaux qui le caractérisent ont brutalement été gelés et il est peu crédible d’imaginer qu’après la pause estivale tout reprendra comme avant. La foire de Bâle a été repoussée au troisième week-end de septembre et aura peut-être lieu à cette date. Il serait cependant illusoire de penser que les collectionneurs des quatre coins de la planète se rendront en nombre dans la cité rhénane. Les marchands et galeristes hésitent à planifier un voyage avant la fin de l’année.

Lire aussi notre entretien: Thierry Ehrmann: «Les grandes pandémies ont souvent permis d’amorcer des changements de paradigme»