Sir Nicholas Hardwick Fairbairn, député conservateur au parlement du Royaume-Uni, avait dit de lui qu’il était un «fossoyeur de la civilisation» (wrecker of civilisation). C’était en 1974, et le «lui» en question (qui allait devenir «elle» dans les années 2000) s’appelait Genesis P-Orridge. Son tort: avoir monté à l’Institute of Contemporary Arts (ICA) de Londres, avec ses collègues de COUM Transmission (un collectif de performances), une exposition mêlant photos pornos et tampons hygiéniques usagés mis en valeur dans des cadres.

Un nouveau nom pour 5 livres