Rénovation, réorganisation et mise aux normes, voici ce qui attend le Bâtiment d’art contemporain de Genève (BAC). C’est finalement le bureau berlinois Kuehn Malvezzi Projects, en collaboration avec CCHE Genève, qui a remporté le concours sous forme de mandats d’étude parallèles organisé par la ville de Genève. Il aura fallu plus d’une année et un écrémage sélectif des dossiers pour déterminer laquelle des 46 propositions soumises était la plus à même de répondre adéquatement aux défis que pose le bâtiment de la rue des Bains. Les travaux de rénovation sont actuellement chiffrés à 40 millions de francs et seront financés par un partenariat public-privé.

Lire aussi: Genève investira 40 millions dans un îlot muséal

Un patrimoine industriel à protéger

Implanté dans les anciens locaux de la Société genevoise d’instruments physiques (SIP), le BAC abrite actuellement dans un décor industriel cinq institutions: le Musée d’art moderne et contemporain (Mamco), le Centre d’art contemporain (CAC), le Centre de la photographie (CPG) et l’espace culturel Commun, ainsi que le Fonds municipal d’art contemporain (FMAC). Seuls le Mamco, le CAC et le CPG resteront au même endroit. Tandis que le FMAC déménagera en 2022 au Carré Vert dans le quartier de la Jonction et Le Commun ira s’installer juste en face du BAC.

Lieu emblématique du quartier de Plainpalais, cette ancienne usine ne correspond plus aux normes de conservation des œuvres et d’accueil du public. Le projet lauréat doit néanmoins composer avec du vieux pour faire du neuf. Un travail complexe car l’édifice est inscrit à l’inventaire du patrimoine, laissant donc aux bureaux d’architectes une marge de manœuvre restreinte.

Dégager les espaces

Le projet de Kuehn Malvezzi Projects propose d’ouvrir davantage le bâtiment au public avec une entrée à l’angle de la rue des Bains et des Vieux-Grenadiers et un espace à double hauteur incitant le visiteur à franchir le seuil des lieux. Un rez-de-chaussée presque vidé mais également la mise en place de grands espaces continus pour les expositions. Le bureau berlinois rassure, le but n’est pas de créer une immense boîte blanche aseptisée mais de jouer avec le caractère industriel des lieux pour faire coexister adéquatement les trois institutions. Le toit va également être investi pour y aménager un nouveau lieu de rencontre.

Kuehn Malvezzi Projects est conscient des difficultés que pose la mise aux normes d’une ancienne usine. Les défis sont multiples, que cela soit d’un point de vue artistique ou technique. Les nombreuses baies vitrées devront notamment être mieux isolées pour être moins gourmandes en énergie et la ventilation devra être rénovée pour maintenir une hygrométrie stable. Pour l’accrochage des œuvres, le projet prévoit aussi tout un système de cimaises et de murs temporaires.

Durant toute la durée des travaux, les institutions logeant au BAC devront être relogées. Les réflexions vont pour le moment bon train pour savoir comment les faire exister de façon nomade. Le chantier devrait durer entre deux et trois ans avec une ouverture des lieux estimée à l’horizon 2026-2027.