«Une saison XXL», s’emballait lundi Natacha Koutchoumov. A ses côtés, Denis Maillefer opine du chef. Le duo, qui tient le timon de la Comédie depuis 2017, voulait marquer le coup. Faire basculer l’institution dans une autre dimension. Avec ses deux salles, l’une de 498 sièges, l’autre – modulable – de 200, ses ateliers dignes d’un chantier naval, son restaurant, l’architecture du lieu impose sa loi. Le cahier des charges de la direction aussi, qui prévoit 240 levers de rideau à domicile. Calés dans leurs chaises basses, devant une dizaine de journalistes, les deux artistes n’ont donc pas seulement annoncé une saison 2021-2022 riche, dès septembre, d’une quarantaine de spectacles. Ils ont ouvert un chapitre de l’histoire culturelle genevoise.

Lire aussi: Notre blog, «Le Temps de la Comédie»