Elle vous tente, la mignonne. Accrochée à son balcon en cuivre, elle attend des mains audacieuses. Et un corps prêt à tout pour l’honorer. De quoi parle-t-on? D’une jupe, pardi, en coton, soie et satin bio, qui fait ces jours la joie de la visiteuse et du visiteur, au Commun, Bâtiment d’art contemporain, à Genève. Cet habit de derviche est l’œuvre du plasticien Alex Cecchetti. Avec ses coulures mordorées et son slogan imprimé – «The force of gravity is nothing but a stupid name for love» –, elle respire la liberté, tout comme ses sœurs, elles aussi à portée de doigts.

«Vous pouvez en choisir une et tester vos aptitudes à tourner comme un derviche, elles sont là pour ça», sourit le Genevois Olivier Kaeser. L’ex-codirecteur du Centre culturel suisse à Paris est le concepteur de Dance First Think Later, célébration du geste, à condition qu’il soit facétieux, perturbant, joueur, bref, subversif, fût-ce en mode mineur.