Un long silence – 20 à 30 secondes peut-être – a marqué la fin de la Neuvième Symphonie de Mahler jeudi soir au Victoria Hall de Genève. Le chef vénézuélien Gustavo Dudamel et l’Orchestre de l’Opéra national de Paris venaient de terminer l’adagio qui, après un impressionnant sommet d’intensité, s’évanouit au loin, dans des bribes de sonorités, comme un adieu à la vie.