Les musées genevois au front

Communication La Ville réunit quinze institutions pour la presse

Pour la première fois, Sami Kanaan, magistrat chargé de la Culture, organisait mardi une conférence de presse de «lancement de la saison muséale genevoise». Histoire de mettre en valeur une politique qui a notamment fait l’objet d’Etats généraux des musées en octobre 2013. Depuis lors, la Conférence des musées réunit régulièrement les responsables de la moitié des 40 musées que compte l’agglomération genevoise, publics et privés. C’est d’ailleurs dans une institution privée non subventionnée, le Musée international de la Réforme (MIR), qu’avait lieu cette conférence de presse de rentrée.

Le conseiller administratif a rappelé que 1,2 million de visiteurs ­fréquentaient chaque année les 40 musées et qu’il préférait faire valoir ce potentiel plutôt que d’envisager un musée phare devant lequel on ferait de longues queues. Il a rappelé que trois Nuits des musées avaient déjà été organisées pour cela et que la carte et le guide audio du quatrième Sentier des musées, concernant la Vieille-Ville, était prêt.

Plongée en Amazonie

Une quinzaine de musées, la plupart du temps représentés par leur directeur ou directrice, ont ensuite donné en cinq minutes les points forts de leurs prochains mois. Impossible de tout détailler ici, nous vous annoncerons l’essentiel dans Sortir, le guide culturel du Temps, au fur et à mesure.

Mais donnons tout de même ici quelques exemples alléchants au-delà des expositions ouvertes ou qui ouvrent ces jours. Ainsi, une grande exposition réunira Henri Michaux et Zao Wou-Ki à la Fondation Bodmer dès le 5 décembre. Byzance sera dévoilée à partir de collections helvétiques au Musée Rath dès le 4 décembre. Le MIR se consacre chaque deux mois de 2016 à une année en 16 depuis 1516 (centrée sur le Testament d’Erasme), 1616 (la peste à Genève), etc. Et le Musée d’ethnographie promet «la plus grande exposition sur l’Amazonie organisée depuis trente ans en Europe» dès mai.

www.ville-geneve.ch/musees