La vie reprendra de plus belle. C’est en tout cas le sentiment et la volonté qui se dégagent de la prochaine saison de l’Orchestre de chambre de Genève (OCG). L’ensemble affiche d’abord une ligne graphique où volent joyeusement en l’air des habits, sous la bannière «Espace, oh espace!» Et le nouveau cru s’annonce particulièrement créatif pour faire la nique au covid et achever en apothéose la dernière saison du chef Arie van Beek. Apothéose, justement, sera la dénomination du dernier des sept concerts de soirée de l’OCG. Le directeur musical depuis neuf ans a voulu célébrer son départ des deux ensembles qu’il dirige conjointement en les rassemblant dans un événement final emblématique.

La 9e – et ultime – Symphonie de Beethoven clôturera en grandeur les mandats du chef néerlandais à la tête des orchestres de Picardie et de Genève. Un feu d’artifice que le chœur Laudate Deum complétera en formation de chambre. Pas de tristesse ou de morosité au programme, donc. Ce n’est pas le genre de la maison. Si le nom de la ou du successeur ne sera connu qu’en fin d’été, la saison conclusive ressemble à son chef: innovante, festive et chaleureuse.