Après des mois de disette visuelle, le plaisir de retrouver la présence des œuvres et la multiplicité des espaces d’exposition s’accompagne de belles surprises. A Genève, le Musée d’art et d’histoire (MAH) et le Musée d’art moderne et contemporain (Mamco) ont su profiter de ces derniers mois pour plonger dans leurs réserves et décloisonner leurs collections respectives. Ainsi retrouve-t-on, au cœur des expositions proposées aujourd’hui par les deux institutions, leurs équipes de conservation – à parts égales au Mamco, et sous la houlette de l’artiste et performeuse autrichienne Jakob Lena Knebl au MAH.

Marcher sur l’eau est l’occasion pour Marc-Olivier Walher de confier à un regard extérieur les clefs du MAH, qu’il dirige depuis 2020. Le titre joue à la fois sur la figure du Christ marchant sur les eaux du lac Léman dans ce fleuron des collections qu’est La Pêche miraculeuse (1444) de Konrad Witz, et sur le tube Smoke on the Water, inspiré au groupe Deep Purple par l’incendie du Casino de Montreux en décembre 1971. Soit un incontestable jeu d’équilibre entre grand art et pop culture mis en scène avec générosité par Jakob Lena Knebl, dont la relecture des lieux comme des collections se fait avec le souci avisé d’abolir au mieux la distance entre les objets et le public qui les contemple.