Impossible de perdre le nord et la flamme quand on voyage aux côtés d’Edmond Rostand, d’Alfred de Musset, de Marcel Proust, de Brassens, de Brel ou encore de Beaumarchais, poètes à la plume incisive et avisée. Pierre Nicole, 83 ans, le montre avec fougue, ces jours au Théâtricul, à Genève. Dans Le 6e acte, monologue coécrit avec Stéphane Michaud qui le met en scène, l’acteur genevois déplie la carte de ses amours théâtrales et de sa vie romanesque. En réalité, c’est son âme étrangement chevelue qui s’échappe du corps de Harry, son double défunt, et revient pointer les moments clés de ce parcours animé.