«Champagne!» a failli lancer l'acteur Michel Kullmann, président de l'Association pour une nouvelle Comédie à Genève. Hier, en fin de matinée, une dizaine de professionnels rêvaient à voix haute, en lignes claires, mais les pieds sur terre. Le groupe dit des seize réunissant acteurs, scénographes et techniciens, était appelé à faire part de sa préférence: sur quel site construire le futur théâtre destiné à remplacer la Comédie actuelle, jugée inadaptée aux besoins d'aujourd'hui? Trois lieux lui avaient été soumis par le Conseil administratif de la Ville de Genève: l'emplacement du Théâtre de Carouge, l'Alhambra au pied de la Vieille-Ville et la pointe de la Jonction, là où confluent Rhône et Arve. Verdict enthousiaste: la Jonction.

Paradis lointain

«C'est le meilleur site», a tranché hier Michel Kullmann. «Nous pourrions y bâtir un Bauhaus suisse: un théâtre avec des ateliers, avec des étendues de verdure autour où monter des spectacles en plein air et planter des chapiteaux.» Et Sandro Rossetti, du Théâtre du Loup, musicien et architecte, de renchérir: «Nous transformerions cette friche industrielle en un espace culturel au rayonnement unique: le théâtre créerait une animation, des promenades seraient aménagées.» «On pourrait aussi y implanter la Maison de la danse, dont la construction à Lancy paraît hypothéquée», a soufflé Michel Kullmann.

Le paradis de la Jonction est pourtant encore loin. La parcelle est propriété de l'Etat. Et les Transports publics genevois (TPG) y ont leurs entrepôts. Double obstacle donc. «D'accord, mais le Conseil administratif de la Ville a la volonté de construire ce théâtre et il a demandé au Conseil d'Etat et aux TPG d'envisager l'hypothèse.» Du côté du Conseil administratif, on confirme qu'un courrier a bien été envoyé. Mais Patrice Mugny, magistrat en charge de la culture, se veut prudent: «C'est leur choix et nous serons derrière eux s'ils parviennent à convaincre l'Etat et les TPG. Mais la préférence du Conseil administratif va à l'Alhambra: nous aimons cette idée d'encastrer un bâtiment moderne dans un cadre historique, sur le modèle de la Bibliothèque de la Cité. Nous dynamiserions ainsi le centre-ville, avec la bibliothèque d'une part, le Poche et le nouveau théâtre d'autre part. Autre avantage: ce terrain nous appartient.» Et la Maison de la danse? Maire de Lancy, Pascal Chobaz infirme les propos de Michel Kullmann: «Nous tenons à ce projet de Maison de la danse intégrée dans un centre socioculturel. Elle devrait se faire à Lancy.»