Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Stéphanie Cariage, cheffe de projet du Festival Transforme, présente la manifestation lors d’une conférence de presse, ce mardi 5 juin 2018 à Genève.
© SALVATORE DI NOLFI (Keystone)

Festival

A Genève, un festival de hip-hop pour célébrer les apprenti(e)s

Nouveau venu des manifestations estivales au bout du lac, Transforme propose deux soirées urbaines organisées par les étudiants de plusieurs filières professionnelles. L’occasion de redorer l’image de l’apprentissage

«Si tu as de mauvaises notes, tu finiras en apprentissage», entend-on de la bouche de certains parents d’élèves. Absurde décalage: alors même que la Suisse est connue pour la qualité de ses formations professionnelles, celles-ci souffrent encore d’une réputation peu reluisante.

A Genève, on veut montrer que l’apprentissage, c’est au contraire noble, créatif, cool et fun. Et quoi de mieux qu’un festival pour faire passer le message? Antigel, célèbre manifestation culturelle du bout du lac, et son association Antidote s’associent au Département de la formation, de la jeunesse et de la Culture (DFJ) et aux Centres de formation professionnelle (CFP) pour créer Transforme. Un festival de musique et de danse urbaines open air dont la première édition se donnera les 28 et 29 juin prochains.

Construction, graphisme et communication

Quel rapport entre l’orientation en question et une manifestation hip-hop? Le lieu, d’abord. Le festival se déroulera sur le site des CFP de Gérard-de-Ternier à Lancy, lieu de formation et complexe de bâtiments au style industriel qui s’y prêtait bien.

Mais surtout, les apprenti(e)s sont au cœur de l’événement, qu’ils ont directement contribué à mettre en place. Les étudiants du pôle Construction, qui fête cette année ses 10 ans, ont façonné les stands, tables en bois, bars en béton ou encore bancs en fer qui occuperont le site. Quant aux futurs graphistes, professionnels de la communication ou de la restauration et de l’hôtellerie ont également mis la main à la pâte. «Cela a permis de faire collaborer des filières qui ne se rencontrent que peu d’habitude», note Stéphanie Cariage, de l’association Antidote.

Au total, une septantaine d’apprenti(e)s se sont engagé(e)s dans l’aventure, à l’image d’Alan, 16 ans, qui a débuté son CFC en communication il y a quelques mois et s’est occupé de promouvoir le projet sur les réseaux sociaux. «L’idée m’a tout de suite plu et j’ai eu envie de m’engager. J’aimerais devenir community manager plus tard, donc c’est une bonne expérience!» explique ce fana d’Instagram.

Susciter des vocations

Pour l’association Antidote, ce genre d’événements, participatifs et rassembleurs, est une plateforme idéale pour mettre en avant les savoir-faire. «Nous pensons que la culture peut mettre ses outils au service de la formation professionnelle. Elle a aussi un rôle social à jouer», détaille Stéphanie Cariage.

L’occasion aussi de susciter des vocations chez les plus jeunes, Transforme s’adressant principalement aux jeunes de moins de 20 ans. La programmation axée rap et hip-hop, des univers musicaux très à la mode, leur est d’ailleurs toute destinée.

Dans la quinzaine d’artistes invités, on trouve une majorité de talents locaux, dont la jeune rappeuse Nathalie Froehlich, le collectif Ozadya et ses rythmes tropicaux ou encore les stars montantes d’XTRM Tour. Transforme accueillera également le Belge Krisy (qui n’est autre que le producteur de Damso), mais aussi Bon Gamin, nouvelle vague du rap français, ainsi qu’une tête d’affiche anglaise en la personne de Lady Leshurr. Une bête de scène au flow décoiffant, qui risque bien de laisser apprentis comme le grand public ébahis. 


Festival Transforme, Centre de formation professionnelle Gérard-de-Ternier à Lancy, vendredi 28 et samedi 29 juin.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps