Les bonnes idées, on prend! A Genève, sept institution musicales en proposent une nouvelle: le Music pass. C'est-à-dire? Un «sésame pour toutes les musiques». Le concept est simplissime et évident en ces temps covidés. Encore faut-il qu’un esprit communautaire de collégialité et de partage anime les initiateurs. C’est le cas entre l’OCG, Gli Angeli, Contrechamps, l’AMR, Post Tenebras Rock, Eklekto et la Cave 12, qui se sont unis pour proposer une sorte d’abonnement collectif de 20 concerts pour 99 francs, utilisable à volonté quel que soit le genre choisi. Du baroque au rock, donc, en passant par le jazz, le contemporain, l’électro ou tout ce qui est présenté sur chacune des sept scènes en jeu, le public pourra traverser à sa guise les styles, les ambiances et les lieux.

A lire: A Genève, l’Orchestre de chambre ouvre son champ d’action

La proposition novatrice a été lancée en février et une nouvelle association est née en août, dont Anne Fatout, chargée de promotion et communication à l’AMR, préside le comité. Les premiers passes sont accessibles depuis peu. Mais leur nombre étant limité (500), il vaut mieux prendre ses précautions. Le dispositif d’accès transversal, valable jusqu’au 31 juillet 2022, constitue une forme de ballon d’essai. 

Changer ou non de style

«Si la formule rencontre le succès que nous espérons, nous pourrons la renouveler, augmenter le nombre d’entrées ou accueillir d’autres structures intéressées la saison prochaine, explique le directeur de l'Orchestre de chambre de Genève, Frédéric Steinbrüchel. Notre but, en plus d’utiliser le maximum de places disponibles, est d’encourager la curiosité, la découverte et la transversalité grâce au décloisonnement et à un dispositif très pratique. Le Music pass permet d’autre part aux personnes à moyens réduits d’accéder à tous les genres de concerts. C’est une proposition inclusive et ouverte.» 

En achetant la carte à l’avance, le spectateur a accès aux concerts qu’il souhaite, pourvu qu’en arrivant sur place la soirée ne soit pas complète. Il peut changer de style à son aise, ou choisir de suivre les propositions d’une seule institution. Certains spectacles coproduits avec des institutions ne faisant pas partie du projet ne peuvent par contre pas bénéficier du pass. Il faut simplement se renseigner avant les soirées sur le site des partenaires.

Au prix de 5 francs le concert, le principe de «l’union fait la force» est une aubaine. «Grâce au soutien du canton et à sa subvention «accès à la culture», nous avons pu mettre sur pied ce système novateur hyper simple. On tamponne la carte à l’entrée à chaque concert, explique, Frédéric Steinbrüchel. C’est une solution qui permet la spontanéité, avec un accès de dernière minute ou prévu d’avance via la billetterie de chaque structure musicale.»


www.music-pass.ch