Musique

A Genève, une soirée fait revivre le raï algérien

Reprise à Genève de la série de concerts «A Night In». Ouverture ce vendredi avec Sofiane Saidi, grande voix de Sidi Bel Abbès

C’était il y a une éternité, c’était il y a vingt ans, la musique populaire algérienne faisait danser la France, les princes du raï chantaient sur TF1 et, même si rien ne changeait en profondeur dans les logiques d’intégration, quelque chose frémissait sur le plan culturel dont les Cheb Khaled, Mami ou Faudel bénéficiaient en premier lieu. Aujourd’hui, quel chanteur maghrébin leur a succédé? L’un des mérites de la série de concerts «A Night In», qui reprend cette semaine à Genève, est donc de nous informer sur les musiques pop d’ailleurs, dans leurs formes les plus ambitieuses, et en particulier sur le son algérien. Ce vendredi, on prend la route du raï, avec Sofiane Saidi.

Il vient d’une ville clé, Sidi Bel Abbès, où les cabarets ne ferment jamais et les hanches s’échauffent. Avec le groupe Mazalda, plateforme évolutive, d’électronique rapiécée et de rock à cuivres, Saidi invente le raï du troisième millénaire, une chose née sur les pistes de danse, qui dit l’urbanité cosmopolite autant que les vents du Sud. Sa voix, déjà, d’une férocité sèche, tranche avec les joliesses de la pop arabisée que l’on écoutait en France dans les années 1980. Tout respire la synthèse, l’urgence, la beauté brute dans ce projet qu’il introduit lui-même par un set de DJ. Sofiane Saidi, c’est le pari de la rencontre. La nuit s’organise en collaboration avec le Festival des cultures arabes de la librairie L’Olivier.

Offre alternative

Menée par Eve Hopkins et Jakob Graf, la série «A Night In» propose une réelle offre alternative par rapport aux Ateliers d’ethnomusicologie – en s’appuyant sur les métamorphoses urbaines plutôt que sur les traditions – et aux clubs rock (par son souci d’ouvrir sur des mondes plutôt que sur des musiques seulement). Dans la même logique «une nuit, une ville», ils poseront leur baluchon à l’Epicentre de Collonge-Bellerive, le 14 octobre, pour une nuit à Medellin avec la cumbia salée de Puerto Candelaria. Ils seront le 18 octobre à L’Usine pour une nuit Rio de Janeiro avec le rappeur Marcelo D2, et le 1er novembre à l’Alhambra pour célébrer les souffleurs vaillants de La Nouvelle-Orléans, avec le Hot 8 Brass Band. Et le 10 novembre, en marge du festival Les Créatives, à La Gravière, avec la Cubaine La Dame Blanche.


«A Night in Sidi Bel Abbes: Sofiane Saidi et Mazalda», vendredi 29 septembre à La Gravière, Genève, 21h.

Publicité