Un homme planté au milieu d’un paysage agité. Au Théâtre Saint-Gervais, Jean-Quentin Châtelain retrace le parcours de Velibor Čolić, jeune poète bosniaque qui, à 28 ans, en 1992, a déserté l’armée de son pays en pleine guerre de l’ex-Yougoslavie pour se réfugier en France. Voix planante et visage grimaçant, le comédien romand ressemble à un pèlerin errant dans une forêt sans fin.