Bis repetita à Genève, cette ville masochiste qui aime se fouetter. Cinq ans après le refus du projet dit Jean Nouvel pour le Musée d’art et d’histoire, c’est la Cité de la musique qui est rejetée dans les urnes. Le score est serré: selon la Chancellerie, les opposants l’emporteraient avec 50,84%, contre 49,16%, 840 voix d’écart. Une coalition hétéroclite composée des Vert·e·s, de l’UDC, d’Ensemble à gauche, d’associations du quartier du Petit-Saconnex a gagné. Avec le soutien de musiciens indépendants qui ont fait une bonne campagne, comme le relève la percussionniste Béatrice Graf, l’une des chefs de file de l’opposition. «Nous avions 20 000 francs, nos adversaires cent fois plus et nous avons gagné.»

Il n’empêche que la déception est immense pour les partisans, qui avaient su fédérer le PLR, le PS, le PDC, les vert’libéraux et le MCG. Il fallait voir sur le coup de midi, à l’heure des premières estimations, l’avocat David Lachat, ce lion de la République, assis sur un banc de pierre devant l’Hôtel de Ville, comme un pénitent. Bruno Mégevand, son confrère, qui porte ce projet depuis 2014, donnait le change devant les caméras de Léman Bleu. La partie est perdue, mais peut-être pas tout à fait, estime Olivier Gurtner, chef du groupe socialiste au Conseil municipal.