nécrologie 

Georg Gerster, pionnier suisse de la photographie aérienne est décédé

Le pionnier suisse de la photographie artistique aérienne s'est envolé pour toujours. Georg Gerster est décédé à 90 ans. Connu du grand public à travers les calendriers qu'il a réalisé pour Swissair, le Zurichois a photographié des sites uniques dans plus de 100 pays

Peu connaissaient son nom, presque tous connaissaient ses images: Georg Gerster s'est éteint ce vendredi à l'âge de 90 ans. Il a fait découvrir les beautés cachées de la planète à ses habitants. Sa devise: «La hauteur crée la vue d'ensemble. La vue d'ensemble facilite la compréhension. Et la compréhension engendre l'égard.»

Des lieux de culte aux sites naturels

Entre les années 1970 et 1990, les calendriers qu'il a réalisés pour la compagnie Swissair ont atteint un statut de culte. Les jeunes n'étaient pas les seuls à tapisser leurs murs avec les prises aériennes du photographe.

Georg Gerster photographiait des lieux de culte et des sites naturels dans le monde entier, du géant de Cerne Abbas en Angleterre aux marais salants de Tanzanie, en passant par les glaciers alpins. A la fin des années 1970, il a réalisé à Téhéran une exposition avec des prises aériennes de la région natale de l'impératrice iranienne Farah Diba, avec le soutien financier de cette dernière.

Journaliste et autodidacte

Né le 30 avril 1928 à Winterthour (ZH), Georg Gerster a embrassé le métier de journaliste après avoir fait des études universitaires en langue et littérature allemande. Il illustrait souvent ses articles par ses propres photos, faute d'avoir trouvé une illustration correspondante.

Ses premières photographies aériennes datent de 1963. Il les a faites à bord d'un Cessna en Egypte pour un livre sur les sites antiques de la Nubie avant que les autorités n'inondent cette région riche en temples et pyramides, à la faveur du barrage d'Assouan. Les illustrations de Georg Gerster ont symbolisé le sauvetage du temple d'Abu Simbel par l'Unesco. Georg Gerster s'est éteint dans le cercle familial à Zumikon (ZH), il y a une semaine. Un avis mortuaire publié dans la NZZ l'a révélé vendredi.

Publicité