Jazz. Rodolphe Raffalli. A Georges Brassens, vol. 2. (Frémeaux/Plainisphare)

C'est syntaxiquement incorrect, mais re-(ou ré-)créativement talentueux. On souhaite à ce second volume des œuvres de Brassens gitanisées par la très djangologique guitare de Rodolphe Raffalli le même succès qu'au premier. La recette (mais c'est tellement plus) est identique: chercher et trouver la distance juste entre texte et prétexte, fidélité aux thèmes et ouverture aux envies personnelles. Doudou Cuillerier et Max Robin assurent la pompe, savoureusement, et à ces trois frères en guitares le contrebassiste Antonio Licusati tient la dragée haute. Brassens en frétille.