Né à Paris, dans une famille alsacienne, protestante, libérale et bonapartiste, Georges Eugène Haussmann voit son destin de fonctionnaire basculer avec l'élection de Louis Napoléon Bonaparte à la présidence de la IIe République en 1848. Il se met totalement au service du nouveau régime: si la décision de remodeler l'urbanisme de la capitale revient bien à l'empereur Napoléon III, la réalisation du projet est à mettre avant tout au compte de Haussmann. Aujourd'hui encore, on peut lire dans le plan de Paris l'essentiel de l'œuvre, notamment les grandes transversales est-ouest et nord-sud et les deux môles à l'ouest et à l'est de la capitale. L'opération qui va durer des années au grand dam des habitants, rasera force immeubles et églises du Paris médiéval, tout particulièrement en l'Ile, et supprimera de nombreux quartiers pittoresques, mais insalubres. Les objectifs du préfet, soutenu par le pouvoir presque jusqu'à la fin de l'Empire, sont de trois ordres: faire de Paris la plus belle ville du monde, faciliter l'intervention de l'armée dans une capitale régulièrement agitée par des insurrections et améliorer l'état sanitaire de la population. Ils forment un chapitre passionnant de l'histoire de l'urbanisme et de la finance parisienne.