«Seul le regard compte»: ce constat de Giacometti, qui résonne comme un mantra, explique le titre de cette nouvelle biographie. Etienne Barilier le souligne: «Les yeux, décidément le grand souci, la grande quête de Giacometti.» Car Alberto Giacometti en a copié beaucoup, des têtes, et des yeux. Des têtes égyptiennes, des mosaïques byzantines, ou encore les yeux d’un autoportrait de Rembrandt. Il le dira plus tard: la copie et la création sont deux activités complémentaires. Et il a commencé très tôt à copier.

Lire aussi:Beckett et Giacometti, une amitié fuyante