De nombreux photographes, trop de photographes, ont payé de leur vie leur besoin d’être au plus près de l’action. En mai 1954, alors qu’il couvrait pour Life la guerre d’Indochine, Robert Capa a été tué par une mine antipersonnel. Soixante ans plus tard, en mai 2014, Camille Lepage était assassinée en Centrafrique par des soldats de la coalition Séléka. La mort de Gilles Caron reste, elle, mystérieuse. Le photographe français, envoyé au Cambodge par l’agence Gamma, a disparu en avril 1970. A-t-il été la victime collatérale d’un bombardement américain ou a-t-il été exécuté par les Khmers rouges? A-t-il été tué instantanément ou a-t-il souffert? Sa femme et ses deux filles n’ont jamais rien su des circonstances de sa disparition.

Lire aussi: «Camille», le prix de l’engagement