Le dragon est de retour dans le royaume d’Angleterre. Regard réprobateur, sourire vinaigré, impérieuse sous une sculpture capillaire dûment laquée et dans son tailleur bordeaux, Margaret Thatcher fait sensation dans la quatrième saison de The Crown. La Prime Minister s’impose auprès de la reine en lui rappelant qu’elle est de six mois son aînée. Et lorsque la monarque lui demande s’il est confortable d’avoir des ennemis, elle répond: «Oh yes!»

C’est Gillian Anderson qui incarne la terreur des classes laborieuses. La coiffure, le maquillage, la garde-robe recréent la silhouette historique, mais c’est la voix qui lui donne son âme. La comédienne explique qu’elle en reproduit le sifflement vaguement vipérin en avançant légèrement les incisives sur la lèvre supérieure. Elle parvient même à exprimer le côté «sexy» de la Dame de fer, un petit plus passé inaperçu au large de la Grande-Bretagne…

Lire aussi: «The Crown», saison 4: Lady Diana et l’envers du décor

Née à Chicago, Gillian Anderson a suivi ses parents très jeune à Porto Rico, puis à Londres, où elle est bonne élève, tendance garçon manqué. Elle a 11 ans quand la famille retourne aux Etats-Unis, à Grand Rapids, Michigan. Le dépaysement est d’autant plus violent que ses camarades de classe raillent son accent anglais.

Elle adopte alors la punk attitude, crâne rasé, iroquois violet, anneau dans le pif, et se singularise par son indiscipline. Pour ses condisciples, elle est la «fille bizarre», la «bouffonne», la parfaite candidate à l’incarcération – d’ailleurs, la police finit par s’en mêler quand elle a l’idée de coller les portes de l’établissement scolaire pour échapper à un examen…

L’effet Scully

La jeune rebelle trouve sa voie sur les planches et décroche un diplôme à l’Université d’art dramatique de Chicago. Elle court les auditions à New York. Puis part tenter sa chance à Hollywood. C’est par la télévision que la gloire arrive quand Chris Carter lui propose un rôle dans son projet de série axée sur le paranormal. Les dirigeants de la Fox rêvent d’une comédienne plus grande, plus blonde, plus plantureuse, mais le jeune producteur réussit à l’imposer dans X-Files.

Elle est l’agent spécial Dana Scully, licenciée en physique et docteure en médecine. Assignée au bureau des affaires classées du FBI, elle a pour partenaire Fox Mulder (David Duchovny), dit «Le Martien». L’alchimie entre les deux comédiens participe au succès d’une série qui renverse les stéréotypes de genre: Scully représente la raison, Mulder le rêve; elle a les pieds bien sur terre (et les mains dans la viande froide des corps qu’elle autopsie…), lui la tête dans les étoiles. Levant les yeux au ciel, elle ramène à la raison celui qui voit des ovnis là où il n’y a que des frisbees. Bien sûr, il arrive que son scepticisme achoppe sur des faits inexpliqués…

Lire encore: «The X-Files», série matrice

X-Files (11 saisons, 218 épisodes) déferle sur la planète. Si sa devise, «La vérité est ailleurs», détermine sans doute de belles vocations complotistes, le personnage interprété par Gillian Anderson provoque l’«effet Scully». Car, «à l’époque, on ne voyait pas ce genre de femme à la télévision, explique la comédienne. Un personnage féminin sûr de lui et respecté de son collègue masculin. Bon nombre de filles se sont retrouvées en elle.» Une enquête a démontré que les femmes ayant regardé X-Files ont plus de chance de faire des études en science, en technologie, en ingénierie et en mathématiques.

Femme charismatique

Après X-Files, Gillian Anderson retourne au théâtre et fait une carrière discrète mais exigeante au cinéma: on la voit dans Chez les heureux du monde, de Terence Davies, dans Le Dernier Roi d’Ecosse. Elle joue aussi une touriste en vacances de neige dans L’Enfant d’en haut, d’Ursula Meier.

Elle retrouve un rôle éblouissant dans une série anglaise, The Fall. Elle est Stella Gibson, Stella comme l’étoile des poètes latins, Gibson comme la guitare électrique, superintendante de la police métropolitaine détachée à Belfast pour traquer un étrangleur de femmes. Perpétuant l’idéal hitchcockien de la blonde glaciale en surface et brûlante à l’intérieur, cette femme de tête évolue dans un monde viril où règnent la veulerie et la violence. Où les mâles dominants comprennent la phrase «l’homme baise la femme», mais perdent pied lorsque le sujet et le complément permutent.

Lire enfin: Gillian Anderson dans la série «The Fall», une enquêtrice unique

Hautaine et fragile, sensuelle et tranchante, à la fois cougar et mater dolorosa, Stella, adepte du «mariage de passage», prend les hommes et les jette – et les femmes aussi à l’occasion… La comédienne ne fait pas mystère de sa bisexualité. «Pour moi, une relation consiste à aimer un autre être humain; leur genre est sans importance», tranche-t-elle.

Le personnage de Scully, avec son grand manteau chic et sombre, son absence de vie sentimentale, la tension sexuelle irrésolue qui l’unit à Mulder, s’avère emblématique de l’ère du sida. Quand Gillian Anderson a posé dénudée en une d’un magazine, elle a cassé cette image et choqué certains fans. Aujourd’hui, la comédienne tient le rôle d’une sexologue désinhibée dans Sex Education, une série qui a pour devise «Messy is normal» («Le désordre, c’est la norme»). Elle y semble tout à fait à l’aise.


Profil

1968 Naissance à Chicago.

1993 Dana Scully dans «X-Files».

2013 Stella Gibson dans «The Fall».

2019 Jean Milburn dans «Sex Education».

2020 Margaret Thatcher dans «The Crown».


Retrouvez tous les portraits du «Temps» et tous les articles sur les séries TV.