Du haut de ses 85 ans, celle qui a jonglé toute sa vie entre les casquettes de journaliste, conférencière et militante féministe discourait encore lors de la Women’s March à New York en janvier dernier. Deux ans plus tôt, après l’investiture de Donald Trump, elle lançait: «Nous restons groupées et nous prenons le relais (We are staying together, we are taking over)». Gloria Steinem ne s’arrête jamais. Une lecture – que dis-je, une plongée – dans ses Mémoires donne presque l’illusion d’un transfert d’énergie. Peut-être la même impression ressentie par la foule lors de ses allocutions. Puissante.