Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Vevey est secouée par des secousses politiques ces derniers mois. Ici une image pris ene 2009.
© LAURENT GILLIERON/Keystone

fondation

Le gouvernement vaudois porte plainte contre un municipal veveysan

Le municipal socialiste Lionel Girardin est soupçonné d'avoir attribué des mandats à des proches, dans le cadre de la Fondation Apollo. Démarche rare, le Conseil d'Etat suit un avis du Contrôle des finances et porte plainte

Le Conseil d'Etat vaudois a annoncé vendredi avoir déposé une plainte pénale à l'encontre du président de la Fondation Apollo, le municipal socialiste veveysan Lionel Girardin. L'exécutif a pris cette décision sur recommandation du Contrôle cantonal des finances (CCF), qui a procédé à un audit de la fondation, qui accorde des aides au logement.

Au cours de ses investigations, le CCF a «constaté des faits de nature à justifier une plainte pénale». Le Ministère public a été saisi du dossier. Le CCF lui transmettra l'ensemble des informations qu'il a collectées. Le gouvernement cantonal a précisé qu'il ne communiquera plus sur ce volet de l'affaire.

A ce sujet: Des scandales politiques précipitent Vevey dans la tourmente

Des mandats confiés à des proches

Lionel Girardin, dans le cadre de ses fonctions à la tête de la Fondation Apollo, est soupçonné d'avoir confié des mandats rémunérés à des proches et d'exercer au sein de la structure un travail rémunéré via sa propre société, ce qui est en principe interdit pour les fondations d'utilité publique exonérées d'impôts.

La Fondation Apollo est active dans le logement social depuis sa création en 2010. Le Conseil d'Etat a indiqué qu'il «prendra toutes les mesures nécessaires pour que les prestations de la fondation ne soient pas affectées par cette situation». Il entend prochainement réunir les communes qui concourent avec l'Etat à son financement.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps