Publicité

Grain de beauté. Voyage sonore, par Elizabeth Chardon

Les techniques du son permettent aujourd'hui d'entendre les balles

Les techniques du son permettent aujourd'hui d'entendre les balles siffler à travers les cinémas. Pour Drumlines, impressionnant moment de musique vécu samedi à la Bâtie, ce sont les musiciens eux-mêmes qui s'étaient disposés tout autour du public. Les percussionnistes australiens de Synergy et ceux du Centre international de percussions de Genève, réunis autour du Bâlois Fritz Hauser, composaient un paysage vivant. Inspirée par les rituels initiatiques des Aborigènes, la musique recréait le minéral et le végétal. Comme les sons, les lumières créées par Brigitte Dubach jouaient avec l'architecture de l'Alhambra. Elles installaient le soleil à son zénith ou déployaient le froid de la nuit. Là, des froissements d'ailes parcouraient la salle. Ici, peut-être était-ce une forge, évocatrice du travail des hommes. Comme les jeunes Aborigènes, chacun dans le public a fait son voyage, plus riche au fur et à mesure que se développaient les lignes rythmiques.