Nous voilà en plein dedans! Dans la fameuse «rentrée littéraire». Cette formule, éditeurs et éditrices, auteurs et autrices, libraires, festivals et foires du livre la répètent en boucle comme un mantra propitiatoire. Histoire sans doute d’attirer les bonnes grâces des meilleures ventes et des meilleurs prix, comme d’autres, jadis, dansaient pour attirer la pluie.

Voici donc la grande cérémonie du livre: avec ses prêtres, prêtresses et manitous, libraires et critiques; ses divinités tutélaires, écrivains et écrivaines à succès; ses sociétés secrètes, maisons d’éditions et jurys; ses prières de masse ou autres séances de dédicace en forme de festival, de foire aux livres sur la place ou sur les quais; sans oublier le point culminant début novembre qu’est le couronnement des prix.