Monsieur Fishwick porte un nom sorti tout droit de Dickens. Economiste, il est le plus grand spécialiste anglais du marché du livre. La Grande-Bretagne a institué un prix réglementé pour les livres en 1900, le Net Book Agreement. Cet accord a été abandonné en 1995. Francis Fishwick en était un ardent défenseur.

Après 1995, il a changé d'avis en constatant que la disparition du prix fixe n'avait pas entraîné le cauchemar annoncé par les libraires et les éditeurs.

Et puis, le temps passant, tout en restant très nuancé face à une réalité complexe, il constate que la libéralisation des prix n'a pas eu non plus tous les bénéfices escomptés. Sa prise de parole au colloque de Soleure était très attendue.

Un marché en expansion

Internet et les supermarchés sont les grands gagnants de la libéralisation des prix. Capables d'appliquer des rabais qui n'ont cessé de croître (10% en moyenne en 1998, 17,8% en 2007 sur de plus en plus de livres), ils ont vu leur part de marché augmenter considérablement au détriment des petits libraires mais aussi des chaînes de librairies. Internet représente en Angleterre près de 20% du marché. Depuis l'abandon du prix fixe, les prix des livres ont augmenté. Depuis 1995, l'indice des prix s'est accru de 49,6% tandis que celui des autres biens de consommation a progressé de 27,6%. Un livre en grand format (hardback) qui coûtait 12,99 livres sterling en 1995 coûte aujourd'hui 20, voire 25 livres.

Un retour en arrière exclu

Le marché du livre a connu un boom historique depuis 1995: les achats de livres ont augmenté de 49,6% en prix et de 36,1% en volume, en partie parce que les prix des livres ont enflé plus fortement que ceux des autres biens. En revanche, la part de la population qui achète des livres n'a pas progressé malgré une visibilité plus forte des livres.

En Grande-Bretagne, un retour au prix réglementé est totalement inenvisageable, estime Francis Fishwick. Le débat est clos. Pour la Suisse, qui est d'abord un marché d'importation, le combat le plus important lui paraît être la fin des majorations de prix pratiquées par les importateurs.L.K.