BERLIN

Une vieille dame fileuse

Lire Tissée, tendue au fil des jours, la toile de Louise Bourgeois, longue interview avec Jacqueline Caux parue au Seuil, et aller voir l'immense araignée (Spider, 1996) qui semble protéger cette exposition. Un double rendez-vous avec une vieille dame indigne: «Je veux le droit de pouvoir faire des bêtises, des sottises, des erreurs.»

Louise Bourgeois, abstractions intimes. Akademie der Künste, Hanseatenweg 10, Berlin, tél. 0049/30 39 07 61 55, jusqu'au

27 juill., ma-di 11-20 h. http://www.adk.de

BONN

Cragg à ciel ouvert

Sculptures monumentales exposées à ciel ouvert sur un toit-jardin. Bilan de trente ans d'une œuvre forte et polymorphe qui souligne la stature de l'artiste. Qui atteste aussi de la continuité de sa recherche sur la question de la relation entre le corps, la matière et l'objet, problématique avec laquelle Tony Cragg ne cesse de se trouver en prise.

Tony Cragg, des signes de vie. Kunst und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland, Museumsmeile, Friedrich-Ebert-Allee 4, Bonn, tél. 0049/ 228 91 710, jusqu'au 5 oct., ma-me 10-21 h.,

je-di 10-19 h. http://www.bundeskunsthalle.de

BREGENZ

Rétro Franz West

Une rétrospective consacrée à l'artiste autrichien le plus visible sur la scène internationale ces vingt dernières années, sculpteur, vidéaste, auteur d'œuvres de taille modeste ou monumentale. Ses anciens Pass-Stücke (ou pièces ajustées, sortes de prothèses), comme ses meubles (une série de 60 chaises) sont des œuvres qui invitent à expérimenter un rapport au monde,

à s'installer en contemplateur.

We'll not carry coals, Franz West. Kunsthaus, Karl-Tizian-Pl., Bregenz,

tél. 0043/557 44 85 94-0, jusqu'au 14 sept., ma-sa 10-18 h. (me et durant les Bregenzer Festspiele, du 17 juill. au 19 août, 21 h.)

http://www.kunsthaus-bregenz.at

VIENNE

Manieur d'ironie

«Moi aussi je me suis demandé si je pouvais vendre quelque chose et réussir dans la vie»: Marcel Broodthears (1924-1976) présente ainsi sa première exposition, en 1964. Il est un de ces Belges qui, dans la lignée de Magritte, est un formidable manieur d'ironie, un critique du voir et du montrer. Hommage, donc, à ce poète inventeur de musées fictifs, joueur de mots, d'images et d'objets… A voir aussi sur place, l'exposition Attack! (Art et guerre au temps des médias).

Marcel Broodthears. Kunsthalle, Museumpl. 1, Vienne, tél. 00431/521 89 33, jusqu'au 21 sept., lu-di 10-19 h. (je 22 h.)

http://www.kunsthallewien.at

BRUXELLES

Brel chante encore

Orchestrée par sa fille France Brel, l'exposition magnifie le grand Jacques à l'occasion des 25 ans de sa mort. Pour récapituler l'univers des chansons de Brel, on prend place sur les bancs du tram 33. Brel parle, Brel chante, il dit que «ce doit être abominable d'avoir une enfance heureuse». Intimité immédiate.

Brel, le droit de rêver. Espace Dexia, rue de l'Ecuyer 50, Bruxelles, rés. indispensable au tél. 00322/70 22 30 13, jusqu'au 17 janv. 2004, lu-di 9 h. 30-20 h. 30. http://www.jacquesbrel.be (Lire le SC du 29 mars).

LIEGE

Simenon intime

On s'y glisse comme dans un train fantôme, et c'est le roman d'une vie qui défile. Celle de Georges Simenon, enfant de Liège né en 1903. Pour les cent ans de la naissance du père de Maigret, l'exposition abrite des myriades de documents et d'objets en relation avec l'écrivain. Elle retrace en 13 étapes sa vie privée et professionnelle, peu banales, à l'attention des spécialistes comme du grand public.

Simenon… un siècle! Espace Tivoli, entre la pl. Saint-Lambert et celle du Marché, Liège, tél. 00324/412 58 58, jusqu'au 30 sept., lu-di 10-17 h. (ve 21 h.) http://www.euroculture.be (Lire LT du 27 mars).

BILBAO

La touche américaine

Durant les années 70, Eli et Edythe Broad réunissent à Los Angeles une des meilleures collections d'artistes des Etats-Unis. Puis ils fondent The Broad Foundation pour permettre à ces œuvres de circuler. Aujourd'hui, les fonds Broad comptent plus de 1000 créations, portant sur des thématiques sociales, de 150 artistes représentatifs des différentes expressions surgies depuis la Deuxième Guerre mondiale. Une sélection de 120 œuvres de vingt artistes clés tels qu'Anselm Kiefer, Ed Rusha, Roy Lichtenstein, Cindy Sherman ou Andy Warhol.

De Jasper Johns à Jeff Koons: quatre décennies d'art des collections Broad. Guggenheim Museum, Abandoibarra Etorbidea 2, Bilbao, tél. 0034/944 23 27 99, jusqu'au 7 sept., ma-di 10-20 h. (aussi lu en juillet et août). http://www.guggenheim-bilbao.es

Grâce de la pesanteur

Une sélection de plus de 65 sculptures créées au cours d'une cinquantaine d'années de travail sur la forme abstraite témoigne de la recherche d'un artiste dont l'influence au XXe siècle a été profonde. La force de la pesanteur, la circulation de l'air et l'intervention du hasard ont constitué les préoccupations constantes du maître de l'art cinétique de Philadelphie.

Calder, la pesanteur et la grâce. Guggenheim Museum Bilbao, jusqu'au 7 oct., rens. ci-dessus.

MADRID

Renaissance vénitienne

Le plus grand ensemble d'œuvres du Titien réuni depuis 1935: 65 tableaux (scènes religieuses et mythologiques, portraits) présentés de façon chronologique, à commencer par l'héritage de Bellini, mais aussi avec des sections consacrées à sa manière de travailler. A découvrir en parallèle, les magnifiques collections de Rubens et de Vélasquez, héritiers du Vénitien.

Tiziano. Musée du Prado, paseo del Prado s/n, Madrid, tél. 0034/913 302 800,

jusqu'au 7 sept., ma-di 10-19 h.  http://museoprado.mcu.es

NEW YORK

Le peintre et les guerres

Une peinture d'abord bouleversée par la vision de la Première Guerre mondiale, à laquelle Max Beckmann (1884-1950) participe comme infirmier. Il deviendra une figure centrale de la Nouvelle objectivité avant de quitter l'Allemagne en 1937, le jour où il entend le discours d'inauguration de l'exposition Art dégénéré, dans laquelle figurent dix de ses œuvres. Même s'il est décédé à New York en 1950, c'est la première fois depuis 1964 qu'une grande rétrospective lui est dédiée dans cette ville.

Beckmann. Museum of Modern Art, 33th Street, Queens Blvd, Long Island City, Queens, New York, tél. 001/ 212 708-9400, jusqu'au 29 sept., je-lu 10-17 h. (ve 19 h. 45) http://www.moma.org

L'invention du suprématisme

L'exposition, déjà montrée à Berlin, est consacrée à la période, entre 1915 et 1932, où Kazimir Malevitch traça de ses pinceaux – mais aussi de sa plume dans le Manifeste du suprématisme – les éléments fondateurs du mouvement. Elle comporte une centaine de peintures, de dessins et d'objets, dont certains, comme le Carré noir original, peu ou pas sortis de Russie jusqu'ici. Une belle occasion de s'émouvoir de ces rencontres intenses entre le «rien» et le «suprême» provoquées par le maître russe.

Malevitch: suprématisme. Musée Guggenheim, 5th Avenue (89th Street), New York, tél. 01/212 423 3500, jusqu'au 7 sept., sa-me 10-17 h 45, ve 10-20 h. http://www.guggenheim.org

Premières villes

Rassemblées pour la première fois, près de 400 pièces issues des plus beaux sites: les tombes d'Ur, le palais et les temples de Mari, la cité de Troie et les villes de la vallée de l'Indus. Sculptures, reliefs, joaillerie, sceaux, orfèvrerie, tablettes cunéiformes illustrent l'émergence et la splendeur des premières villes-Etats et empires en Syrie et en Mésopotamie durant le IIIe millénaire av. J.-C. ainsi que les échanges culturels et commerciaux.

L'art dans les premières villes: le troisième millénaire avant notre ère de la Méditerranée à l'Indus. The Metropolitan Museum of Art, 2e étage, 1000 Fifth Avenue at 82nd Street, New York, tél. 001/212 535 77 10, jusqu'au 17 août, ma-me-je 9 h. 30-17 h. 15, ve-sa 9 h. 30-20 h. 45, di 9 h. 30-17 h. 15.

http://www.metmuseum.org

ALEX (ANNECY) / BARCELONE

Fabre macabre

Jan Fabre emplit l'été, de Barcelone (six films et une centaine de dessins, qui seront aussi présentés à Lyon en 2004), à Avignon (deux spectacles dans la Cour d'honneur). Il expose aussi à la Fondation Salomon, près d'Annecy, avec un choix d'une centaine de sculptures (1977-2003) qui envahissent la demeure Renaissance et son parc. Des boîtes à chaussures recouvertes de Bic bleu aux compositions de scarabées irisés, en passant par les squelettes des «anges».

L'Homme qui donne du feu. Château d'Arenthon, Alex (près d'Annecy), tél. 00334/50 02 87 52, jusqu'au 26 oct., me-di 14-19 h. http://www.fondation-salomon.com

Gaude succurere vitae.

Fundació Joan-Miró, parc de Montjuïc, Barcelone, tél. 0034/934 439 470, jusqu'au 20 sept., ma-sa 10-20 h (je 21 h. 30), di 10 h.-14 h. 30.

http://www.bcn.fjmiro.es

ARLES

Lumières et ombres chinoises

Cap sur la création contemporaine chinoise! Une quinzaine d'expositions rendront compte de cette richesse. Elles montreront aussi bien la minorité des Miaos noirs (au sud de la Chine) que les mines de charbon, les condamnés à mort ou encore Mao. Un morceau de choix sera la découverte de la collection de photos du cinéaste et producteur Claude Berri, qui a rassemblé des œuvres rares. Les soirées de projection, qui se déroulent jusqu'au 12 juillet, quittent le théâtre antique pour les Ateliers SNCF.

Rencontres de la photographie d'Arles.

Jusqu'au 12 oct., lu-di 10-19 h. http://www-rip-arles.org

ARLES / AVIGNON / NANTES / STREASBOURG

Les trésors des FRAC

Depuis 1983, les Fonds régionaux d'art contemporain (FRAC) ont pour mission l'acquisition, la diffusion et la valorisation d'œuvres contemporaines. Conçus alors qu'étaient votées les premières lois de décentralisation, ils sont devenus des outils de pédagogie et des instruments d'aménagement du territoire. En regard de ces plus de 1000 œuvres (parmi 15 000 acquisitions publiques), les FRAC proposent aussi Détours de France, plus de 200 événements jusqu'en décembre.

Trésors publics, 20 ans de création dans les Fonds régionaux d'art contemporain. De juin à octobre.

Arles: chapelle Sainte-Anne, pl. de la République; ateliers SNCF, bd Victor-Hugo;

Espace Henri-Comte, r. Plan-de-la-Cour.

Avignon: palais des Papes.

Nantes: Musée des beaux-arts, rue Georges-Clemenceau 10; chapelle de l'Oratoire, pl. de l'Oratoire; château des ducs de Bretagne, pl. Marc-Elder 4; Ecole régionale des beaux-arts, rue Fénelon 5, etc.

Strasbourg: Musée d'art moderne et contemporain, pl. Hans-Jean-Arp 1; villa Greiner, av. de La-Marseillaise 2; La Chaufferie, rue de La-Manufacture-des-Tabacs 5; Ceeac, rue de l'Abreuvoir 7.

http://www.les20ansdesfrac.culture.fr

ORLEANS

Art et architecture

Ces 5es Rencontres internationales d'architecture sont étroitement liées, au 20e anniversaire des Fonds régionaux d'art contemporain. Elles donnent l'occasion de découvrir la collection du Fonds de la région Centre qui rassemble art contemporain et architecture de recherche, des années 50 à aujourd'hui. L'architecture y est présente dans sa dimension critique, son pouvoir d'anticipation et d'utopie.

Archilab 2003. Subsistances militaires (ma-di 11-19 h., lu 14-19 h.); FRAC Centre (lu-di 11-18 h.); Musée des beaux-arts (ma-sa 10-12 h. et 13 h. 30-18 h., me jusqu'à 20h., di 13 h. 30-18 h.); collégiale Saint-Pierre-Le-Puellier (ma-sa 10-12 h., 13 h. 30-18 h., me jusqu'à 20 h., di 13 h. 30-18 h.), Médiathèque (ma-sa 10-18 h., je 13-20 h.). Jusqu'au 12 octobre. http://www.archilab.org

PARIS

Heureux Lartigue!

Le journal d'une vie, celle du photographe Jacques Henri Lartigue: une centaine de grands albums ouverts dans des vitrines. L'accrochage soustrait cette œuvre d'une richesse phénoménale aux sté-réotypes de la photographie contemporaine. La vie de Lartigue va, sans rien qui rappelle les souffrances. Il a passé son existence à regarder l'autre côté du siècle le plus terrible de l'histoire.

Jacques Henri Lartigue, 1894-1986, l'album d'une vie. Centre Georges-Pompidou, pl. Georges-Pompidou, Paris, tél. 00331/ 44 78 14 63, jusqu'au 22 sept., me-lu 11-21 h. (je 23 h.) http://www.centrepompidou.fr

(Lire le SC du 14 juin).

Liebe Marlene…

Marlene Dietrich (1901-1992) a longtemps suscité la fascination du public, restée indemne depuis sa mort. Le musée de la mode de la Ville de Paris rend hommage au mythe, en exposant vêtements et bijoux. C'est l'occasion de redécouvrir l'Actrice avec un grand «A», avec des projections de films et des clichés parmi les plus connus.

Marlene Dietrich, création d'un mythe. Musée Galliera, av. Pierre-Ier-de-Serbie, Paris, tél. 00331/56 52 86 00, jusqu'au 12 oct., ma-di 10-18 h. http://www.paris.fr/musees/musee_galliera

Vivre dans le sable

Dans le cadre de l'année de l'Algérie en France, une traversée au cœur du désert où la désolation n'est qu'apparente. Grâce à un «tapis volant», le voyageur pénètre dans cet univers de sable et de cailloux, où l'eau, omniprésente, constitue même une des plus grandes réserves du monde. Son jaillissement détermine la formation de paradis plus vrais et plus enchanteurs que tous les mirages. Les difficultés de vie dans le désert n'ont pas empêché l'émergence d'un art exceptionnel, sous forme de dessins et gravures, pour certains vieux de dix millénaires.

Saharas d'Algérie: les paradis inattendus. Muséum national d'histoire naturelle, Jardin des plantes, galerie de botanique, rue Buffon, Paris, jusqu'au 12 oct., lu-di 10-19 h. http://www.mnhn.fr

PERPIGNAN

Images engagées

Visa pour l'image, le festival international du photojournalisme, en est à sa 15e édition. L'événement devrait faire la part belle à la question des journalistes «embarqués» ce printemps en Irak avec l'US Army. Les soirées de projections et débats au Campo Santo de Perpignan ne devraient pas manquer d'animation. Mais Visa pour l'image, c'est aussi une constellation d'expositions réparties dans la ville catalane. Elles auront pour thèmes Bollywood, Santiago du Chili en 1973, les enfants d'Hébron, l'argent sale du pétrole en Afrique ou encore la guerre secrète au Laos.

Visa pour l'image. Perpignan, tél. 00334/68 66 18 00, du 30 août au 15 sept. http://www.visapourlimage.com

SAINT-PAUL-DE-VENCE

Les… istes russes

L'exposition court de 1908 à 1928. Néo-primitivistes, constructivistes, rayonnistes, suprématistes, cubo-futuristes… Ils sont tous là, ceux qui ont révolutionné l'art, avant et après 1917. Une centaine d'œuvres de Larionov, Gontcharova, Machkov, Rodtchenko, Tatline, Malevitch, Lissitzky, Chagall…

La Russie et les avant-gardes.

Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, tél. 00334/93 32 81 63, jusqu'au 5 nov., lu-di 10-19 h. http://www.fondation-maeght.com

STRASBOURG

Plus que réel

Une décennie de trompe-l'œil qui s'explique par un désir de distanciation vis-à-vis du réel, essentiellement urbain, photographié puis peint – ou sculpté – avec virtuosité. Une distanciation souvent appuyée par un changement d'échelle magistral mais aussi par d'autres méthodes, en déformant, ou au contraire en forçant encore la netteté de l'image. L'exposition montre aussi quelques œuvres récentes des vedettes de l'hyperréalisme, comme Chuck Close.

Hyperréalismes, USA 1965-1975.

Musée d'art moderne et contemporain, pl. Hans-Jean-Arp 1, Strasbourg, tél. 00333/88 23 31 31, jusqu'au 5 oct., ma-di 11-19 h (je 12-22 h).

http://www.musees-strasbourg.org/F/art_mod.html

LONDRES

Le goût de Winthrop

Après Lyon et avant le Met, impossible de contempler ces œuvres du XIXe sans ressentir la personnalité du collectionneur Winthrop, qui aima tant ses études d'esthétique à Harvard qu'il légua à cette université ses collections, soit 4000 objets: des toiles telles que l'Odalisque à l'esclave d'Ingres ou le Portrait de Victor Chocquet de Renoir, mais aussi des pièces moins connues.

A Private Passion, Harvard's Winthrop Collection. The National Gallery, Trafalgar Square, Londres, tel. 0044/20 7747 2870, jusqu'au 14 sept., lu-di 10-18 h. (me 21 h.) http://www.nationalgallery.org.uk

(Lire le SC du 19 avril).

Cruauté tendre

La Tate Modern consacre sa première exposition de photographies (tout arrive!) à la tradition réaliste au XXe siècle. Placé sous la double tutelle de l'Américain Walker Evans et de l'Allemand August Sander, le propos se déploie dans les images d'une bonne vingtaine de grands noms, de Robert Frank à Diane Arbus, du couple Bernd et Hilla Becher au régional de l'étape Martin Parr. L'expo s'intitule Cruel + Tender en référence à la «cruauté tendre» de ces photographes engagés dans leur mission observatrice, loin de toute sentimentalité.

Cruel + Tender. Tate Modern, Millbank, Londres, tél. 0044/20 78 87 8000, jusqu'au 7 sept., di-je 10-18 h., ve-sa 10-22 h. http://www.tate.org.uk

Vibrante Bridget

L'exposition retrace la carrière de l'artiste anglaise Bridget Riley, auteur d'une œuvre vibrante qui sollicite la perception optique. Dont les couleurs et les formes abstraites trouvent écho dans des expériences naturelles très familières. L'évolution de son travail a été comparée au développement d'une partition musicale dont les thèmes sont progressivement déployés, combinés, transformés.

Bridget Riley. Tate Britain. Rens. ci-dessus.

SAINT IVES

La traversée du vide

A l'occasion du centenaire de sa naissance, voici la plus vaste rétrospective jamais organisée de Barbara Hepworth, sculpteur, auteur d'une œuvre abstraite rigoureuse, méthodique et poétique. Objets traversés de vide, jeu harmonieux des volumes et des creux, de la masse et des profondeurs, des transparences et des surfaces bien lisses et polies: une rare maîtrise des matières et du contrepoint au service d'un vaste projet artistique. L'atelier et le jardin de Barbara Hepworth font aujourd'hui partie intégrante de la Tate St Ives.

Barbara Hepworth: centenaire. Tate St Ives, Porthmeor Beach, Saint Ives, Cornouailles, tél. 0044/17 36 79 62 26, jusqu'au 12 oct., lu-di 10 h.-17 h. 30.

http://www.tate.org.uk

VENISE

Dictatorial, le spectateur?

Un programme énorme: 63 pays invités, 383 exposants. A la tête de la Biennale de Venise, Francesco Bonami a convié onze commissaires d'exposition à exprimer librement «la nouvelle complexité de la réalité des visions et des émotions contemporaines». Se détachent l'intervention de Santiago Sierra dans le pavillon espagnol; la prestation du Dano-Islandais Olafur Eliasson; l'hommage posthume rendu à Martin Kippenberger dans le pavillon allemand; enfin la participation de trois Suisses: Emmanuelle Antille dans le pavillon des Giardini et l'installation de Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger dans l'église de San Staë.

Rêves et conflits, la dictature du spectateur. Giardini (lu fermé), Arsenal (ma fermé) et différents sites en ville, Venise, tél. 0039/041 272 83 97, 10-18 h.

http://www.labiennale.org fi Lire LT du 16 juin.

Quatre décennies de peinture

L'exposition fait partie des événements souhaités et organisés par le commissaire général de la Biennale de Venise. La chronologie commence en 1964, quand Rauschenberg est primé à la Biennale. Bonami a choisi de montrer des peintres exposés à la Biennale depuis

lors. La liste est longue: Warhol, Kippenberger, Baselitz, Bacon, Peyton…

Pittura/Painting: de Rauschenberg à Murakami, 1964-2003. Museo Correr,

piazza San Marco 52, Venise, tél. 041/522 56 25, jusqu'au 2 nov., lu-di 10-18 h. n http://www.labiennale.org

MONACO-VILLE

Warhol forever

Etonnante manifestation que voici! Outre une exposition rare des très grands formats de Warhol, le Grimaldi Forum met sur pied des concerts et événements regroupant autour des survivants de l'ère Factory (John Cale, Gerard Malanga) quelques alevins frayant dans le sillage du Velvet Underground.

Super Warhol. Grimaldi Forum, espace Ravel, 10, av. Princesse-Grace, Monaco-Ville, tél. 00377/99 99 30 00, du 16 juill. au 31 août, lu-di 10-21 h. (je 23 h.)

http://www.grimaldiforum.com/warhol

AMSTERDAM

Van Gogh et ses enfants

Seconde des deux grandes expositions qui célèbrent le 150e anniversaire de Van Gogh, elle comprend les œuvres d'importants artistes de l'après-guerre dont les travaux entretiennent une relation particulière avec ceux de Van Gogh ou dont l'œuvre aurait été impensable sans la sienne. Elle inclut aussi des œuvres d'artistes tels qu'Appel, Kiefer, Nauman, Warhol, Baselitz, Pollock, Dijkstra, Goldin, qui, comme Van Gogh, ont exploré de nouvelles directions artistiques et qui partagent son intransigeance.

Vincent van Gogh et l'art contemporain. Van Gogh Museum/Stedelijk Museum, Museumplein, Amsterdam, tél. 0031/20 570 52 00, jusqu'au 12 oct., lu-di 10-12 h. http://www.vangoghmuseum.nl

BALE

Peintres expressifs

Le terme «expressif» est adopté de préférence à «expressionniste», pour désigner une tendance qui dépasse le seul expressionnisme germanique en tant que mouvement historique. Les pères de l'expressionnisme sont ainsi conviés, de même que les nouveaux fauves ou les tenants du retour du corps, Gauguin ou Van Gogh parmi les premiers, Disler, Basquiat ou Clemente parmi les contemporains. Le noyau de la manifestation est réservé aux peintres de la Brücke (Kirchner, Heckel, Nolde) et du Blaue Reiter (Kandinsky, Marc). Expressif! Fondation Beyeler, Baselstr. 101, Riehen (BS), jusqu'au 10 août, lu-di 10-18 h. (me 20 h.)

http://www.beyeler.com (Lire LT du 1er avril).

BALE / NEUCHATEL

Roth, les formes ambiguës

Deux expositions en hommage à Dieter Roth, disparu en 1998. Elles couvrent un demi-siècle d'activité artistique, tous azimuts: l'artiste a passé d'une manière construite à l'exploration de la matière organique, des formes ambiguës. Roth s'est intéressé au bric-à-brac de la vie, de sa vie d'abord, il l'a utilisé, restitué, avec une virtuosité doublée d'un indéniable sens poétique.

Dieter Roth, une rétrospective. Schaulager ®, Ruchfeldstr. 19, Münchenstein (BL), tél. 061/335 32 32, jusqu'au 14 sept., ma-ve 12-18 h. (je 19 h.), sa-di 10-17 h.

http://www.schaulager.org (Lire le SC du 24 avril).

Dieter Roth: la bibliothèque. Centre Dürrenmatt, ch. du Pertuis-du-Sault 74, Neuchâtel, tél. 032/720 20 60, jusqu'au 26 oct., me-di 11-17 h. (je 21 h.) http://www.cdn.ch (Lire le SC du 5 avril).

BERNE

L'année clé de Klee

1933 fut une année importante dans la vie de Klee: après l'ascension de Hitler, le peintre perdit son emploi à l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf et émigra à Berne. Malgré cela, il réalisa durant cette année son plus important cycle de dessins. Le commentaire politique répond au pouvoir poétique de ces travaux, présentés pour la première fois dans leur ensemble.

Paul Klee 1933. Musée des beaux-arts, Hodlerstr. 8-12, Berne, tél. 031/328 09 44, jusqu'au 17 août, ma 10-21 h., me-di 10-17 h. http://www.kunstmuseumbern.ch

COIRE

Giacometti, mais Augusto

Né en 1877, Augusto Giacometti est cousin avec Giovanni, le père d'Alberto… Un peintre de la couleur, tachiste, considéré comme un des pères de l'abstraction: voir un fragment coloré de 1902, d'après un tableau de Fra Angelico, qui se résume à l'association harmonieuse de formes colorées. Le peintre s'est souvent inspiré de massifs floraux, mués en mosaïques chatoyantes. L'œuvre d'Augusto Giacometti dialogue ici avec celle de peintres ultérieurs, Klee, Sophie Taeuber ou Alice Bailly.

Augusto Giacometti en dialogue avec Alice Bailly, Giovanni Giacometti, Ferdinand Hodler, Paul Klee, Otto Meyer-Amden, Louis Moilliet et Sophie Taeuber-Arp. Musée d'art grison, Postpl., Coire, tél. 081/257 28 68, jusqu'au 14 sept., ma-di 10-17 h. (je 20 h.) http://www.buendner-kunstmuseum.ch

LAUSANNE

La polyphonie de Kupka

Etonnante évolution que celle du Tchèque Frantisek Kupka (1871-1957)! Après une période figurative, tendance fauve, il se détache du monde extérieur pour quêter, à travers les formes et les couleurs elles-mêmes, une «réalité autre». Se succèdent des toiles polyphoniques, inspirées de la vie organique, du jazz ou des machines, ou composées de formes géométriques.

Frantisek Kupka. Fondation de l'Hermitage, rte du Signal 2, Lausanne, tél. 021/320 50 01, jusqu'au 12 oct., ma-di 10-18 h. (je 21 h). http://www.fondation-hermitage.ch

LUCERNE

Aux frontières du moi

En relation avec le Festival de Lucerne, 14 créateurs présentent «près de 20 000 œuvres» autour du thème du moi et de son immersion dans la foule. Urs Lüthi, Kiki Smith, Barbara Kruger, Ernesto Neto ou Laylah Ali tentent de pousser la notion d'identité jusqu'à la désintégration. Leurs œuvres proposent des expériences plutôt qu'une plage destinée à la contemplation. Pour déranger le visiteur.

Me & more. Kunstmuseum, Europapl. 1, Lucerne, tél. 041/226 78 78, du 9 août

au 23 nov., ma-di 10-17 h. (me-je 20 h.). http://www.kunstmuseumluzern.ch

MARTIGNY

Signac le coloriste

Pour ses 25 ans, la Fondation Gianadda a demandé à Marina Ferretti-Bocquillon et Françoise Cachin de concevoir une nouvelle rétrospective Signac. Celle-ci fait la part belle aux peintures et aux aquarelles. La grande affaire de la vie de Signac est sa rencontre avec Seurat, chef de file des néo-impressionnistes. Il abandonne sa première manière impressionniste pour adhérer et rester fidèle aux principes des contrastes simultanés et de la division des teintes.

Paul Signac. Fondation Pierre-Gianadda, rue du Forum 59, Martigny, tél. 027/722 39 78, jusqu'au 23 nov., lu-di 9-19 h. http://www.gianadda.ch (Lire le SC du 21 juin).

NEUCHATEL

Le paysage selon Pijuan

Plasticien catalan né en 1931, Joan Hernández Pijuan expose tableaux, dessins et aquarelles, toujours monumentaux, autour du thème du paysage. Souvent évoqué dans le titre, il reste à l'état de référence lointaine. Dans les années 70, l'espace pictural est conceptualisé à la façon d'un horizon. Les années 80 sont marquées par l'apparition de silhouettes de cyprès. Puis viennent les grandes surfaces blanchies.

Pijuan, la poésie faite œuvre. Musée d'art et d'histoire, espl. Léopold-Robert 1,

Neuchâtel, tél. 032/717 79 20, jusqu'au 14 sept., ma-di 10-18 h. http://www.mahn.ch

SAINT-GALL

Poudre, eau, bruit…

La Collection Hauser & Wirth a mis à la disposition de Roman Signer des locaux à la taille de ses œuvres: la remise des locomotives du début du XXe. La rétrospective marque les 65 ans du plasticien appenzellois. Ses œuvres mettent à l'épreuve l'équilibre, l'énergie, la métamorphose et la réaction du spectateur. Qui dit Signer dit poudre, eau, bruit, humour…

Roman Signer. Collection Hauser & Wirth, Lokremise, Grünbergstr. 7, Saint-Gall,

tél. 071/242 06 71, jusqu'au 12 oct., me 14-20 h, je-ve 14-18 h., sa-di 11-18h.

http://www.lokremise.ch (Lire le SC du 17 mai).

ZURICH

L'épopée d'Akbar

Découvrez les miniatures indiennes réalisées pour l'empereur moghol Akbar le Grand au XVIe! En 1557, il fit composer sa propre histoire (légende), et la fit illustrer. Ainsi naquit la plus grande œuvre d'art de l'époque en Orient. Elle contient 1400 peintures, dont moins de 200 sont conservées.

L'Aventure des Hamza, peinture indienne pour l'empereur moghol Akbar le Grand. Musée Rietberg, Gablerstr. 15, Zurich, tél. 01/206 31 31, jusqu'au 19 oct., ma-di 10-17 h. (me 20 h.) http://www.rietberg.ch