Genre: psychiatrie
Qui ? Henri Grivois
Titre: Grandeur de la folie. Itinéraire d’un psychiatre iconoclaste
Chez qui ? Robert Laffont, 236 p.

Directeur des urgences psychiatriques de l’Hôtel-Dieu de Paris pendant une trentaine d’années, Henri Grivois y a développé une théorie dont il mêle l’exposé, dans ce livre, avec son propre parcours. Son regard se porte avant tout sur les premiers moments de la crise psychotique, ceux qui précèdent l’arrivée à l’hôpital de patients le plus souvent muets sur les tempêtes qui les traversent.

Tous, tel est son diagnostic, ont éprouvé des sentiments semblables, qu’il résume sous le terme de «concernement»: impression d’être concerné par le monde entier, d’en porter la responsabilité, d’être reconnu par tous comme tel, voire d’être réellement tout le monde à la fois.

Cette expérience vertigineuse, totalement réelle et en contradiction tout aussi totale avec ce que le patient sait par ailleurs être la réalité, est proprement indicible. Les psychiatres ont donc tendance à la négliger et à attendre que le patient leur fournisse un symptôme interprétable – c’est-à-dire, concrètement, qu’il se mette à délirer – pour intervenir.

Dans cette analyse, le délire n’est pas le cœur de la psychose, mais le subterfuge auquel recourent les patients pour faire coller la réalité vécue de la crise avec ce qu’ils continuent de savoir de la réalité objective. Il est donc possible d’en faire l’économie, à condition de favoriser l’expression et le partage de l’expérience antérieure, celle de la psychose naissante.

Cette dernière, estime Henri Grivois, peut être compatible avec une vie sociale intégrée. Elle ne caractérise en tout cas pas seulement les clients de la garde psychiatrique mais aussi des personnages comme le Christ, le Nietzsche d’avant son naufrage dans la folie ou Jean-Jacques Rousseau, dont certaines expériences recoupent celles qu’il a recueillies des patients qui ont réussi à lui parler.

La folie, en d’autres termes, n’aboutit pas forcément dans le cul-de-sac du délire et de la médication. Elle peut aussi être porteuse d’un sens qui, même terrifiant, peut dans une certaine mesure être partagé.