Dans ce pays, où les créateurs sont souvent portés sur la sculpture, André Raboud est parmi les plus prolifiques. Ce qui lui permet de garnir les espaces du parc de la Villa Roland à Divonne-les-Bains, pour une présentation estivale, en même temps que de proposer un ensemble d'une douzaine de pièces récentes, au parc Stagni à Chêne-Bougeries/Genève.

Intitulées Le Dernier Voyage (1 et 2), Barque demeure, Vers le ciel (1 et 2), certaines des pièces montrées à Chêne font clairement allusion aux voyages et en particulier au dernier d'entre eux. La fascination pour l'Autre, l'ailleurs et l'au-delà est une permanence dans l'œuvre d'André Raboud. Soit parce que l'artiste a ramené des impressions très fortes de nombreux déplacements, en Crète, en Amérique centrale ou au Japon, toutes régions marquées par une simplification emblématique des formes; soit que la mort de proches l'ait profondément touché et à plusieurs reprises.

Ses réalisations reflètent donc une profonde spiritualité mais aussi un formalisme épuré où se reconnaissent certains signes, tels que hache – comme dans le cas de la sculpture posée il y a longtemps sur le quai Gustave-Ador, face à l'entrée du parc des Eaux-Vives –, ou corne, comme pour Retour à la source (1990) montrée au parc Stagni. Mais ce sont là des œuvres anciennes, soumises parfois à une gestualité baroque.

Les plus récentes font davantage allusion à des constructions ou à des personnages symboliques, tels Le Roi et la reine (1999). Surtout, elles évoquent la notion de passage, de translation, comme Jeune fille dans une barque (1999), qui unit dans la même entité une proue de canoë et un buste féminin stylisé. C'est d'un formalisme parfait, séduisant. Mais plus intéressantes, peut-être, sont les œuvres où Raboud suggère la rupture dans la continuité que marque tout passage d'une situation à une autre. Quand, par exemple, il laisse une veine de granit noir apparente comme une faille ou un décrochement de niveau, alors que tout le reste de la barque votive ou de l'autel est poli comme un marbre.

André Raboud. Parc Stagni (route du Vallon 1, Chêne-Bougeries/Genève). Tous les jours 8-19 h. Jusqu'au 1er octobre.