Bien sûr, la colère la plus emblématique de la littérature jeunesse reste celle de Max dans Max et les Maximonstres de Maurice Sendak, mais il faut avouer que celle de Vicky Dillon Billon vaut également le détour! Et le «transfert» des émotions est lui aussi génial parce que fou, démesuré, extravagant.