Répertoire: des Grecs aux Allemands.

Ligne esthétique: comme l'avion qui s'écrase sur leur façade en guise de promo, les deux directrices provoquent des chocs artistiques et des rencontres insolites. Le Grütli offre aussi aux jeunes compagnies un lieu où affûter leurs armes, à l'image de Sébastien Grosset et Julien Basler qui avec Xanax signaient une réflexion revigorante sur la tyrannie du bonheur.

Atouts: on admire la force de proposition et l'énergie du tandem de la direction. Tout semble possible dans leur giron.

Faiblesses: le manque de lisibilité des programmes et des spectacles frise parfois le délit d'initié. Des créations inabouties et un public clairsemé.