Il y a d’abord ce nouveau visuel. Adieu la marmotte qui a accompagné durant une décennie le Gstaad Menuhin Festival. La manifestation bernoise a fait appel à des graphistes zurichois pour rajeunir son image. En résulte une superposition de lignes qui évoque à la fois un profil alpin et des ondes acoustiques. L’édition 2017 du festival reste, elle, fidèle à ce qui fait son succès: une programmation dense et opulente, que le directeur Christoph Müller a choisi de placer sous l’appellation «Pomp in Music», dans une volonté de célébrer la beauté et la générosité de la musique.

Septante concerts

Septante concerts sont proposés dès le 13 juillet à l’enseigne du festival et de la Gstaad Academy, qui verra 170 étudiants participer à des ateliers en compagnie du Gstaad Festival Orchestra dirigé par le chef néerlandais Jaap van Zweden. Du côté des événements phares, Christoph Müller souligne la venue de Cecilia Bartoli et Sol Gabeta, qui dévoileront en primeur un répertoire piano-violoncelle, ou une Aïda version concert qui réunira le ténor Roberto Alagna et la soprano Kristin Lewis. Quant à la violoniste Anne-Sophie Mutter, elle se produira pour la première fois à Gstaad.

A lire: Jean Rondeau, le doux rebelle du clavecin

Six talents invités pour un nouveau programme

A signaler également, un week-end qui mettra en majesté l’orgue, avec d’un côté l’iconoclaste Cameron Carpente, et de l’autre un concert plus classique, avec aux commandes le chef chinois Long Yu. Christoph Müller annonce encore la création du programme Menuhin’s Heritage Artist, qui propose à six talents – dont le claveciniste Jean Rondeau et la violoniste Alina Ibragimova – de se produire cinq années d’affilée à Gstaad, afin de créer des liens privilégiés avec le public suisse.


Gstaad Menuhin Festival. Du 13 juillet au 2 septembre. www.gstaadmenuhinfestival.ch