Disparu en septembre 2018, à 91 ans, l’écrivain italien Guido Ceronetti doit à Cioran de l’avoir découvert et fait publier en France, avec son premier livre, Le silence des corps, en 1983. Les deux livres posthumes qui viennent de paraître en traduction française, Insectes sans frontières (édition originale en 2009) et Pour ne pas oublier la mémoire (2016), apportent une touche finale à une œuvre protéiforme, cependant écartée des sentiers de la fiction. Le Piémontais Ceronetti porte un costume bariolé de poète, philosophe, chroniqueur, journaliste (longue collaboration avec La Stampa), traducteur de l’Ancien Testament et de poètes grecs et latins, sans oublier le marionnettiste, fondateur du Teatro dei Sensibili avec son épouse Erica Tedeschi.