Greg pour la vie. C’est ce que Guillaume Favre a voulu. L’auteur valaisan a perdu son frère, Grégoire, au mois d’octobre 2016, par une nuit sans lune. Son aîné de deux ans était parti la veille marcher dans la montagne, dans l’espoir de s’y perdre et de ne jamais revenir. Il avait laissé un mot, pour son père, pour ses deux frangins, David, le tout grand, Guillaume, le petit. Il souffrait de bipolarité, mais longtemps la vie avait pris le dessus.