A 26 ans, ses études universitaires terminées et son mémoire sur Nicolas Bouvier en poche, le Genevois Guillaume Gagnière dit être «parti de Suisse un peu comme on arrache un pansement: vite et sans trop réfléchir». Mais pour mieux prendre son temps ensuite. Il voyage pendant une année à travers l’Indonésie, l’Asie du Sud-Est et le Japon. Sans but précis. Lentement. Point culminant de ses pérégrinations asiatiques: une montagne de 776 mètres sur l’île japonaise de Shikoku, dernière étape d’un pèlerinage circulaire de 1200 kilomètres jalonnés de 88 temples. A l’arrivée, après deux mois d’effort, un épais brouillard, du blanc partout et pas d’azur.

Lire aussi: Un voyage en bus avec Nicolas Bouvier