La gymnaste ukrainienne Anastasia Budiashkina, qui se trouvait dans un abri anti-aérien à Kharkiv la semaine dernière, a pu rejoindre lundi la Pologne. Elle incarne «Olga» dans le film d'Elie Grappe, le jeune réalisateur formé à l'ECAL.

«Anastasia a réussi à partir de Kharkiv samedi, a précisé mardi Elie Grappe, via Prosa Film à Zurich, à Keystone-ATS. Elle est passée par Ternopil puis Lviv, d’abord en train puis en autocar. Elle est ensuite parvenue lundi à 5h00 du matin à Przemysl, la première ville polonaise à la frontière. Il y avait quelqu’un pour venir la chercher et elle a trouvé un endroit chez qui elle va loger pendant une ou deux semaines à Cracovie, en attendant la suite.»

«En début de semaine dernière, elle se cachait dans un abri anti-aérien seulement quand les alarmes retentissaient», avait-il expliqué jeudi. Le jeune réalisateur est en contact avec elle plusieurs fois par jour.

Acrobate dans une compagnie de cirque

«Elle rejoignait ensuite son appartement, où elle vivait jusqu'ici avec trois personnes. Elle travaille avec eux comme acrobate dans une compagnie de cirque. Les allers-retours n'étaient plus possible en fin de semaine dernière entre son appartement et l'abri en raison de l'intensification des combats», avait précisé Elie Grappe.

Relire: La gymnaste qui incarne «Olga» se trouve dans une cave à Kharkiv

La jeune femme était encore à Kiev dimanche 20 février au Maidan Museum pour la diffusion du film «Olga» en lien avec la commémoration des événements d'Euromaidan de 2014.

Originaire de Louhansk, dans le Donbass, sa famille a été déplacée à Poltava en 2014 quand les séparatistes ont pris le pouvoir. Pour Anastasia, «c'est sa deuxième guerre et elle n'en veut plus», a-t-elle dit au journal français Libération.

Euromaidan

Dans le film «Olga», une gymnaste de 15 ans est tiraillée entre la Suisse, où elle s'entraîne pour le Championnat européen en vue des JO et l'Ukraine où sa mère, journaliste, couvre les événements d'Euromaidan en 2013.

Notre compte-rendu enthousiaste: «Olga», la médaille ou la liberté

Ce premier film a été l’une des découvertes de la Semaine de la critique à Cannes cette année. La Suisse a proposé ce premier long métrage dans la course à l’Oscar pour le meilleur film international. Il a raflé des prix dans de nombreux festivals.

Le film vient de sortir dans les salles en Suisse alémanique. En lien avec les événements, il ressort dans une salle en France, celle du mk2 Beaubourg. Vendu dans une vingtaine de pays, il va bientôt être visible en Allemagne, en Autriche et dans les pays scandinaves.