Roman

Habiter le monde, une quête infinie retracée par Jean-Paul Dubois

Jean-Paul Dubois, l’auteur de «Kennedy et moi», d'«Une Vie française» et de «La Succession», raconte comment son héros se retrouve en prison en cherchant sa liberté

Jean-Paul Dubois est un écrivain discret. Mais, sans occuper les têtes de gondole, il a ses inconditionnels qui guettent la parution de ses livres. Ses lecteurs fidèles répondent à l’appel de ses romans, comme ils se rendent à un rendez-vous familier. Ils y retrouvent ses héros, souvent prénommés Paul, et s’immergent dans leurs vies d’hommes en suivant les destins que leur invente l’écrivain. Ils y rencontrent des femmes, souvent prénommées Anna, contemplent des voitures aux marques particulières, prennent de petits avions, s’attachent à des chiens, tentent de cultiver quelques jardins, méditent sur l’absurdité et la précarité de l’existence humaine.

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ne décevra pas les habitués. Le titre du nouveau roman de Jean-Paul Dubois résume d’ailleurs à lui seul le programme de lecture qui les attend. Car c’est un nouveau Paul, nommé Hansen cette fois, un Paul d’origine danoise, fils d’un pasteur venu du Jutland dont la foi ne cesse de s’éroder et d’une cinéphile toulousaine libertaire, qui est le héros du livre.