Au parc de la Torma, sur les hauts de Monthey, un cimetière désaffecté de 1800 âmes est devenu lieu d’art. Un visage enfantin surgi du noir vous y contemple. Et un vieillard semblant sortir d’un autoportrait de Rembrandt dévisage de son inquiétante familiarité. Ces âges contrastés de la vie côtoient des images de fleurs desséchées posées sur fond obscur. Quarante tirages présentés recto-verso et tendus sur des bâches géantes vous dévisagent