Art contemporain

A la HEAD, les jeunes artistes la jouent collectif

Pour la sixième fois, la Fondation BNP Paribas Art Awards récompense des diplômés de l’Ecole d’art et de design de Genève. Emmenés par le curateur Balthazar Lovay, ces douze jeunes artistes ont décidé de parler d’une même voix

Dans les salles d’exposition de l’Ecole d’art et de design de Genève (HEAD), Balthazar Lovay circule avec une aisance de chat. Le directeur de Fri-Art, la Kunsthalle de Fribourg, possède le talent des enthousiastes qui expliquent les choses clairement. Curateur de la sixième édition des New Heads, ce concours d’anciens diplômés master de l’école soutenu par la Fondation BNP Paribas Art Awards, il a intitulé son accrochage Proxy Paradise. «Le proxy, c’est un logiciel qui fait le lien entre deux autres serveurs, par exemple. De la même manière, l’œuvre d’art est une interface qui parle au spectateur à la place de l’artiste. L’ensemble constitue une sorte de paradis de sens et d’idées.»

Mettre la rivalité de côté

L’année dernière, la commissaire d’exposition Jeanne Graff avait exposé au même endroit neuf de ces tout jeunes artistes. Balthazar Lovay en a retenu douze. «Sur 34 personnes, c’est peu. Mais cela les met face à la complexité de leur métier.» De la même manière, son accrochage se développe autour du contexte assez particulier de ce qui est à la fois un prix parrainé par une fondation, et une exposition organisée dans le cadre d’une école dont les participants sont tous d’anciens élèves.

«Ils ont décidé de tenter une expérience, celle de mettre la question du concours et de la rivalité de côté. De jouer ensemble dans l’exposition plutôt que les uns contre les autres», explique le curateur. Au point qu’à chacune de leur présentation, les candidats ont demandé au jury de récompenser l’exposition dans son ensemble et pas un individu en particulier. L’union, dit-on, ne fait-elle pas la force? «Il faut avoir en tête que ce ne sont plus des étudiants. La plupart des pièces exposées se nourrissent d’ailleurs de nos discussions autour de la condition du diplômé qui quitte la HEAD après cinq ans passés ici.»

Une métaphore de la codépendance

Cette grande envolée hors du nid s’exprime aussi dans le catalogue des New Heads 2018. L’ouvrage se compose de deux parties: une jaquette vide et un fanzine où chaque artiste a cinq pages à sa disposition pour s’exprimer. La première sert de support à tous les textes institutionnels. Libre au visiteur de la remplir avec le second, ou pas, le livre étant une métaphore de la codépendance entre une école et les artistes qu’elle produit.

«Dans mes expositions, j’aime bien montrer des démarches conceptuelles et de l’art brut, reprend Balthazar Lovay. Là, je me suis laissé guider par la réalité du travail de ces artistes. Un grand nombre utilisaient la performance, arrivaient avec des propositions immatérielles et théoriques, voire déléguaient à d’autres la création de leur œuvre. J’ai ensuite composé l’exposition en y ajoutant des travaux plus formels.»

Objets rustiques et mini-statues

C’est le cas de Marie Bette, dont les sculptures en papier mâché recouvert de gomme arabique, parfois peintes, revendiquent leur statut d’objets rustiques habités par l’histoire de l’art, du minimalisme à la pratique du fait main. Un peu plus loin, les mini-statues de Sarah Sandler racontent une tout autre histoire. Répartis sur le sol, ces objets bleu clair affectent la forme d’outils, de végétaux ou de reliques ethnographiques. A moins qu’il ne s’agisse des reproductions d’organes reproducteurs féminins. L’artiste australienne explique que dans son pays, les colons venus d’Angleterre ont peu à peu anéanti les semences indigènes en important les leurs. Ses modèles, inspirés des images scientifiques de graines, symbolisent peut-être, à travers cette germination désormais impossible, une culture à jamais disparue.

Au rayon des artistes qui délèguent, il y a Tayeb Kendouci. Lui joue carrément les invisibles vu qu’il a engagé une agence intitulée «service de presse» pour le représenter. Laquelle agence a détaché une collaboratrice pour réaliser une œuvre sous le nom de Kendouci Tayeb, son clone en miroir. Ce genre de retournement pose la question de l’identité de l’artiste, du «faire» et du rapport à la signature.

Matériaux pauvres

Il rappelle aussi certains travaux des années 1990, lorsque Gianni Motti envoyait devant les journalistes sa doublure artistique pour parler de son travail et poser pour la photographie. «C’est une démarche assez singulière dans le contexte de ce prix où la notion d’auteur reste fondamentale, continue Balthazar Lovay. J’ai été frappé de constater à quel point un grand nombre de ces artistes éprouvaient le besoin de travailler avec des matériaux pauvres et rejetaient l’ambition de produire de gros objets.»

Alors oui, pas de pièce monumentale au Proxy Paradise, mais des propositions riches et complexes, et parfois aussi ludiques. Brieg Huon a reproduit en modèle réduit l’espace d’exposition et en a fait un plateau dont chaque mini-salle sera remplie de crackers apéritifs. Ou comment le public, dans le fond, grignote l’art… Littéralement.


New Heads, Fondation BNP Paribas Art Awards 2018. «Proxy Paradise», une proposition de Balthazar Lovay et des artistes.

LiveInYourHead (Bâtiment Général-Dufour, rue de Hesse 5, Genève)

Jusqu’au 9 février. 

www.hesge.ch


Et les gagnants sont…

Les New Heads, ce sont donc deux prix, remis hier soir dans l’espace d’exposition LiveInYourHead. Deux récompenses de 12 000 francs décernées par deux jurys, le premier constitué des collaborateurs de BNP Paribas Suisse, le second par un aréopage professionnel composé de Caroline Busta (critique d’art, Berlin), Jan Kaps (galeriste, Cologne), Andreas Melas (collectionneur, Athènes/Londres), Emanuel Rossetti (artiste, Bâle), Judith Welter (directrice du Kunsthaus de Glaris) et Emmanuel Grandjean, journaliste et critique d’art représentant le journal Le Temps.

Sensible à la position de ces douze jeunes artistes qui envisagent leur exposition comme un travail collectif, le jury BNP Paribas Suisse leur a remis le Premier Prix New Heads, Fondation BNP Paribas Art Awards 2018, le jury international décernant le second à Carisa Mitchell. De son côté, Le Temps éditera une œuvre multiple réalisée par Marie Bette, que nos lecteurs découvriront dans quelques semaines.

Notez que les travaux des artistes nominés seront également exposés sur le stand de la HEAD à Artgenève du 1er au 4 février. Ainsi que pendant les portes ouvertes de l’école les 19 et 20 janvier. (LT)

Publicité