Musique

Hemlock Smith et 17F, spleens sublimes

Les deux groupes vaudois vernissent leurs nouvelles productions à Lausanne, puis Vevey. Deux grands œuvres folk et pop de toute intelligence

Vernissages croisés, entre Lausanne et Vevey, de deux très belles lames des scènes pop et folk lémaniques. Hemlock Smith tout d’abord: le projet du Lausannois Michael Frei s’offre un retour remarquable avec «By The Grace of Dynamite» (chez Invisible Inc.), grand album intimiste sur une ossature principale voix/piano/guitare – des arrangements singulièrement resserrés par rapport au gargantuesque «Everything Has Changed» (Phenix Records, 2012), mais qui fonctionnent tout aussi bien: écoutez «Across the Rio Grande», troisième morceau de ce dernier disque, et vous réaliserez que la notion de grand espace n’a nul besoin d’orchestration savante pour s’éployer; écoutez le clavier (un rare Philips Philicorda des années 60, précise Michael Frei) qui serpente de manière presque menaçante dans «Mr Philips», deux pistes plus loin, et vous vous rendrez compte que le spleen gagne définitivement à être débarrassé de toute grandiloquence. D’une mélancolie sans afféterie aucune, ce disque, surpiqué d’une douce ironie, furète intelligemment, d’un arrangement boisé l’autre, dans les angles plus ou moins morts du souvenir.

Sur scène, Michael Frei sera entre autres accompagné à la guitare par le Veveysan Fred Merk, qui en profitera pour amener sur les fonts la nouvelle production, «KBS Live» (Shellfish Sound Records), de son propre groupe: 17F. A peine plus âpre mais tout autant sensible, cette collection de titres par moments très youngiens (on parle de chevaux fous et pas de psychologie des profondeurs – quoique) impressionne par sa puissance: de bout en bout, ce disque réussit le tour de force, non pas d'alterner, mais de fusionner constamment un propos de langueur et une expression robuste. A ce titre, le long crescendo que constitue «Energy», antépénultième morceau du disque, est une véritable leçon de choses: on a rarement entendu idée musicale se développer avec autant d’harmonie, d’un incipit marqué d’un psychédélisme de la grâce à un finale tout en tensions métalliques.

Le Bourg. Rue de Bourg 51, Lausanne. Me 28 septembre à 21h. Rens. www.le-bourg.ch

Théâtre de la Grenette. Rue de Lausanne 1, Vevey. Ve 30 septembre à 19h30. Rens. www.theatregrenette.ch

Publicité