Le Lausannois Michael Frei – l’homme à (presque) tout faire derrière Hemlock Smith – est un alambic: disque après disque, il épure sa pratique de la chanson grise, et c’est un distillat à chaque fois plus subtil. Ecoutez «By the Grace of Dynamite», dernier album en date. A première vue, une collection de miniatures. Mais chacune de ces esquisses étend toute une population d’idées vers des régions insoupçonnées: roman noir, psychédélisme de sous-bois, tours d’ironie, Debussy lèvres collées à celles d’un panthéon folk.

Une formule réduite à l’os

Fait notable: cet atlas de propositions musicales est constitué d’une remarquable économie de moyens. Le vernissage de «By the Grace…», l’automne passé au Bourg de Lausanne, en a témoigné: Michael Frei au chant, Fred Merk à la guitare, Emilie Roulet au piano. A peu de variations instrumentales près, le trio s’en est tenu à cela, et cette formule réduite à l’os a enfanté des prodiges incommensurables. C’est la marque des grands que de pouvoir invoquer un halo de poésie en s’interdisant tout effet de manche.


Le Bout du Monde. Rue d’Italie 24, Vevey. Sa 1er avril à 21h30.