Le matin du monde existe, le premier plan de Hikayat Elbeit Elorjowani (Tales of the Purple House) le dévoile dans sa gloire indicible: une nuée ardente caressant de ses rais un paysage vallonné que nimbe la brume. C’est l’aube de l’humanité, c’est le Liban. Le cinéaste franco-irakien Abbas Fahdel prend le temps de tourner ses films et ne lésine pas sur leur longueur – qu’on se souvienne du formidable Homeland: Irak Year Zero (2005), primé à Visions du Réel, qui chronique la vie en Irak avant et après l’invasion américaine.