ENFANTS

Histoires d'ados en demi-teintes

Echanges de courriels entre camarades différents, tensions en voiture vers le sud de la France, quand le roman reflète la complexité d’un âge

Ils sont tous deux enfermés: Flora, dans une prison pour mineurs parce qu’elle a gravement molesté une fille de son lycée qui la harcelait, et Max chez lui, à cause des crises d’angoisse qui le saisissent au-dehors.

C’est lui qui fait le premier pas, écrit une lettre à cette camarade qu’il croisait sans la connaître. Elle lui répond, parle de sa vie là-bas, et des raisons de son geste. Elle apprendra en retour à mieux connaître ce garçon pour qui fréquenter les autres est si problématique. Ce roman épistolaire dévoile près de cinq mois de correspondance entre deux ados à vif, lucides et attachants. L’écriture elle-même a suivi ce mode opératoire, Martin Page et Coline Pierré ayant réellement échangé des courriels, se laissant mutuellement surprendre par la tournure que prenait leur fiction. Quelque chose de fort se noue et se dénoue au fil des lettres et le lecteur est vite happé par cette plongée, toute de subjectivité, au cœur de deux personnalités complexes, à la fois marginales et familières, chacun des protagonistes incarnant un mal-être adolescent évoqué sans lourdeur ni démonstration. Ici les choses se construisent (et se dénouent) avec finesse et retenue, les informations concrètes, sur leur quotidien par exemple, participant à l’empathie que le lecteur est heureux de ressentir.

L’auto-stoppeur et la conductrice

Il y a Eppo l’auto-stoppeur (et narrateur de ce road-trip) et Tabby la conductrice qui l’embarque, direction la France. Tous deux cachent un secret, tous deux fuient, se dissimulent, l’une en parlant sans cesse et l’autre en se taisant.
C’est par petites touches et souvent au gré de hasards, de mots échappés ou de réactions incontrôlables que leurs histoires respectives se dessinent: Eppo pleure Maarten, un garçon en rupture pour qui il a éprouvé une amitié fraternelle puis de l’amour, Tabby fuit un compagnon qui refuse de devenir père.
Le roman se construit entre le présent du trajet vers le Sud de la France (l’auteure, Marian de Smet, et ses jeunes héros sont flamands) et de fréquents retours sur le passé du narrateur, dont l’histoire, plus complexe, est aussi plus attachante.
Les dialogues dominent, rapides, bien menés. Tout sonne juste dans ce quasi-huis-clos entre deux jeunes écorchés, qui ne demandent qu’à croire à un bonheur possible.

Martin Page et Coline Pierré, La folle rencontre de Flora et Max, L’Ecole des loisirs/Médium. Dès 13 ans.****

et

Marian De Smet, Le monde est derrière toi, Trad. d’Emmanuèle Sandron, Actes Sud junior. Dès 14 ans. ****

Publicité