Livres

Histoires de soldats si proches, si lointains

C’est à l’aide d’objets et de petites figurines de plomb que la Première Guerre mondiale est racontée dans deux albums dont l’originalité est aussi grande que l’émotion qu’ils dégagent

«Il y a environ cent ans, le monde est entré en guerre. Une guerre qui ne devait durer que quelques mois. Qui devait être terminée avant Noël. […] La guerre fut gagnée par de petits soldats comme Pierre. Mais pas avant Noël. Et pas par Pierre.»

Lire aussi: L’enfance et ses conquêtes

Citer ces phrases permet d’entendre la belle voix, si sobre et au lyrisme si doux, qui porte le récit et dont on aurait tort de ne pas souligner l’importance dans la réussite de ce bouleversant Petit Soldat. Car il y a les images… et elles sont stupéfiantes. Ce sont des reconstitutions de scènes dont les personnages sont des soldats de plomb. Champs de bataille, intérieurs sombres et extérieurs enneigés, lueurs d’un feu ou de trois bougies, paysages désolés, ces tableaux sont plus vivants que nature; et les visages figés, paradoxalement, ont une expressivité folle.

Il faut dire que les auteurs sont documentariste, photographe et spécialiste en effets spéciaux pour les films d’animation. Cadrer, découper, éclairer: leur art rend chaque page saisissante de réalisme sublimé. Cette lecture intense, avec ses flash-back et ses projections, s’achève tragiquement: Pierre, parti passer Noël avec sa mère et revenu aussitôt après, sera fusillé pour l’exemple. C’est aussi ça, le message humaniste du livre: Petit Soldat jouet des hommes…

Un visage gravé sur un obus

Un texte, des peintures et 50 objets, ces derniers étant autant de témoins de la Grande Guerre: cet ouvrage se veut, selon l’éditeur (et ici aussi auteur) Alain Serres, «un musée de papier pour apprendre la paix». Le livre commence avec l’ordre de mobilisation générale, le jeune narrateur doit quitter sa famille, sa ferme, rejoindre les rangs, creuser les tranchées.

Le trait généreux de Zaü dessine les décors et les gens, tandis que les objets sont photographiés et légendés. Témoins inertes, mais pas muets: leur puissance évocatrice et leur force émotionnelle sont immenses. Ainsi ces deux balles soudées ensemble puis transformées en plume à encre, cet obus aplati où un soldat algérien a gravé le visage de son père, ce coupe-papier boomerang fabriqué par un autre, venu d’Australie.

Un livre qui touche, bouscule et rend tangibles ces terribles années et les êtres humains qui les ont traversées.


Histoire et mise en scène de Pierre-Jacques Ober
Images de Jules Ober
Effets visuels de Felicity Coonan
Petit Soldat
Seuil jeunesse. Dès 10 ans et pour tous.

Alain Serres
Illustrations de Zaü
La guerre en mille morceaux ou le petit musée du soldat Machin
Rue du monde. Dès 9 ans.

Publicité