Genre: Roman
Qui ? José Maria Arguedas
Titre: El Sexto
Trad. de l’espagnol par Eve-Marie Fell
Chez qui ? Métailié, 188 p.

En 1938, le jeune José Manuel Arguedas (1911-1969) est emprisonné à la suite d’une manifestation. Il lui faudra vingt ans pour retranscrire une expérience carcérale de huit mois dans les sordides locaux d’El Sexto, à Lima: une épreuve initiatique pour Gabriel, le narrateur et alter ego de l’auteur. Idéaliste, peu politisé, individualiste, le jeune homme, arrêté lors d’une manifestation contre un gouvernement fascisant, se trouve confronté aux affrontements entre communistes «inféodés à Moscou» et Apristes, jugés complaisants par les premiers. Les prisonniers politiques, au troisième étage, cohabitent durement avec les droits communs du premier, les tueurs, les assassins, et avec les violeurs et voleurs du deuxième. A cette rude école de vie, Gabriel apprend la loi du plus fort, mais aussi une certaine fraternité, au-delà des idéologies. Mario Vargas Llosa, qui a consacré une étude à Arguedas, n’estime pas particulièrement cette œuvre autobiographique de l’auteur des Fleuves profonds , mais il lui reconnaît une force qui s’exprime surtout à travers les dialogues des prisonniers. Une bonne entrée dans l’univers des auteurs indigénistes du Pérou.