Lu ailleurs

«Hygge», «entfreunden», «Willkommenskultur»: les nouveaux mots de la langue allemande

L’édition 2017 du célèbre dictionnaire «Duden» fait place à 5000 nouvelles entrées. De nouveaux mots qui illustrent les chamboulements du paysage tant politique que linguistique

Sprechen Sie Deutsch? Une petite révision de vocabulaire semble s’imposer: la vingt-septième édition du dictionnaire Duden, qui sera disponible dès mercredi, comporte 5000 nouveaux mots, note Der Spiegel. Si ce chiffre peut surprendre, il convient de noter que l’édition du dictionnaire n’est pas annuelle: la précédente datait de 2013. Parmi les mots-clés de l’époque, des néologismes qui se font le reflet de préoccupations sociales, ainsi que toujours plus d’anglicismes «high-tech» et «lifestyle».

Le climat politique des derniers mois transparaît dans cet opus. Alors que l’afflux de réfugiés est un sujet crucial en matière de politique intérieure en cette année électorale, plusieurs mots ont fait leur entrée dans les pages du Duden. On relèvera par exemple le terme «Willkommenskultur», qui peut être traduit par «culture de l’accueil», aux côtés de «Flüchtlingskrise» (crise des réfugiés) et de «Hasskriminalität» (crime de haine, ou crime haineux). Des mots de l’allemand familier gagnent du terrain: On pourra désormais se faire traiter de «Honk» (idiot), ou être occupé à gérer son «Tüddelkram» (terme péjoratif évoquant les petites choses, sans grande importance, du quotidien).

Lire aussi: Et voilà pourquoi l’allemand met le verbe à la fin

Ich facebooke, du facebookst, er/sie/es facebookt

Au royaume d’Internet, les anglicismes sont rois: en Allemagne aussi, «Darknet», «Selfie», (sans oublier son accessoire préféré le «Selfiestick») ou encore «Tablet» pourront désormais être utilisés sans traduction. Les Allemands préféreront cependant le mot «Cyberkrieg» (guerre informatique) à la «cyberwar». Les réseaux sociaux, Facebook en tête, se taillent une place de choix dans les conversations: rien de surprenant, donc, à ce que «entfreunden» (supprimer un ami Facebook) et «facebooken» (être sur Facebook) fassent leur apparition dans le dictionnaire eux aussi. Ich facebooke, du facebookst, er/sie/es facebookt. Sans oublier le tristement célèbre «Fake News».

Les évolutions de nos modes de vie enrichissent elles aussi le vocabulaire des Allemands, lesquels s’inspirent de leurs voisins du nord: ainsi trouve-t-on le mot phare de l’hiver dernier, «hygge» (prononcez «hu-gueuh») parmi les nouveautés. Cinq petites lettres tout droit venues du Danemark qui désignent une forme de bien-être dans un cadre chaleureux, apaisant, si «cosy».

A ce sujet: «Hygge», la curieuse histoire du bonheur danois

En matière de loisirs, la langue de Shakespeare gagne là encore du terrain: partir en «Roadtrip» n’est désormais plus un sacrilège linguistique. On parlera désormais en Allemagne de «Work-Life-Balance» (équilibre entre vies privée et professionnelle), de régime «Low Carb» (à faible teneur en glucides), ou d'«Urban Gardening» (l’art de jardiner en ville). Le mot «Flexitarier» fait également partie des petits nouveaux. Au passage, voilà un mot qui met tout le monde d’accord: l’édition 2018 du Robert avait elle aussi ajouté «flexitarien», terme désignant une personne qui limite sa consommation de viande. A titre comparatif, le Petit Larousse avait ajouté 150 termes à sa dernière édition. Pour mémoire, les termes «Ubérisation», «déradicalisation», «bisounours» et «hipster» y avaient fait leur entrée.

Au total, le tout dernier Duden définit 145 000 termes, et ce sur 1264 pages. Parfait pour se mettre à jour sur la plage. A moins d’attendre la rentrée…

Lire également: Le suisse allemand existe-t-il?

Publicité