Photo 1. «Biribi» est écrit en bonne place sur le corps de cet homme entièrement tatoué. Le terme se réfère au dispositif répressif de l’armée française en Afrique du Nord. Les points sur les avant-bras indiquent le nombre de jours passés au cachot

Photo 2. Le port de la moustache étant interdit chez les disciplinaires et les condamnés militaires, certains se la tatouent au-dessus des lèvres.

Photo 3. Un «robinet d’amour» mis en évidence, entre personnages et animaux de toutes sortes. Souvent l’apanage des souteneurs

Dessin 1. Paire de sabots avec cravache. Le fouet indique les condamnés à une peine de prison de plus d’un an. Les sabots appartiennent à la panoplie des détenus en maisons centrales.

Dessin 2. «Avoir la cerise» signifie être malchanceux en argot.

Dessin 3. Le poignard signifie «Mort aux femmes infidèles». La gent féminine est l’objet de tous les fantasmes pour ces hommes contraints à l’abstinence. La plupart du temps représentée en dame ou en putain, elle est parfois la cible de certaines rancoeurs.