LIVRES

Où sont les Indiens?

CHRONIQUE. Tommy Orange rompt avec le silence qui entoure les Indiens aux Etats-Unis

Dans la profusion des romans qui paraissent en ce moment, il en est un qui se distingue, c’est Ici n’est plus ici de Tommy Orange. Parce qu’il vient des Etats-Unis mais qu’il fait entendre des voix que l’on n’entend pas d’habitude. Douze personnages, douze femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, qui tous vivent à Oakland, en Californie, ville de la baie, cette petite mer intérieure qui s’ouvre ensuite sur l’immensité du Pacifique. Berkeley est juste à côté, San Francisco de l’autre côté du pont.

Ces douze personnages ont des parents cheyennes ou lakotas, souvent un père ou une mère d’origine européenne, ils se désignent comme natifs, autochtones, indiens, ou «ndn» sur internet, même si aucun de ces termes ne convient vraiment. Ils sont dévorés par les questions de l’identité, de l’authenticité, ils sont parents, travaillent, luttent pour tenir des familles souvent en morceaux; adolescents, ils tanguent entre un passé dévasté et un présent où ils n’ont pas leur place.