Les femmes sont sous-représentées dans plusieurs secteurs culturels en Suisse. Si les différences entre les disciplines sont marquées, la musique et les arts visuels sont les plus touchés par les inégalités.

Ceci vaut aussi bien pour la présence sur les scènes et dans les expositions que pour les fonctions de gestion et de direction artistique, révèle une étude du Centre d’études sur le genre de l’Université de Bâle publiée mercredi.

«Les résultats démontrent qu’au niveau culturel, il y a encore énormément à faire dans le domaine de l’égalité des chances pour les femmes et les hommes, explique Seraina Rohrer, responsable du secteur Innovation & Société et membre de la direction de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia. Des changements concrets sont importants car, sinon, le secteur culturel suisse continuera à se voir privé d’un grand potentiel.»

Lire aussi: Le combat inachevé pour une égalité réelle en Suisse

L’amélioration de l’égalité des chances pour les femmes et les hommes dans le secteur culturel figure parmi les objectifs de la politique culturelle de la Confédération définis par le Message culture 2021-2024. C’est une des raisons pour laquelle Pro Helvetia et le Centre suisse de recherches sociales (Swiss Center for Social Research) ont mandaté le Centre bâlois en études genre pour cette première étude, qui devrait être suivie d’autres.

Peu de femmes au pupitre

Les femmes sont minoritaires dans les directions artistiques, mais aussi en tant qu’auteures d’œuvres artistiques. Seules 31% des productions théâtrales examinées par l’étude étaient mises en scène par des femmes et dans seulement 7% des concerts, elles étaient au pupitre en tant que cheffe d’orchestre.

Près de 15% des pièces de théâtre présentées sont l’œuvre de femmes. Parmi les pièces musicales, seules 2% sont l’œuvre de compositrices.

Que ce soit dans les concerts ou les représentations théâtrales, les lectures ou les expositions, les femmes sont moins visibles que les hommes. L’étendue de leur sous-représentation est toutefois liée à la discipline en question: dans les arts de la scène et la littérature, la présence féminine se monte à 40-50%, tandis que dans les arts visuels, les femmes représentent environ un tiers des expositions collectives. Dans le cas d’expositions individuelles, elles ne sont que 26%.

Rock, pop et jazz: où sont les femmes?

En musique, les femmes ne disposent que de possibilités très limitées pour se produire: si la part des femmes se monte tout de même à 35% dans les concerts classiques, on ne compte que 9 à 12% de femmes dans les performances rock/pop et dans le jazz.

La faible proportion de femmes dans le secteur de la musique, objectivée par cette étude, fait réagir Helvetiarockt, qui s’engage justement pour une plus forte présence des femmes dans l’industrie musicale suisse. Pour changer la donne, elle préconise tout bonnement l’instauration de quotas, fait-elle savoir dans un communiqué mercredi.

En 2018: Egalité: des créatrices en mal de visibilité

C’est possible de le faire «dans les structures des équipes, des conseils d’administration, des jurys, des collectifs et des organismes de financement», explique Regula Frei d’Helvetiarockt. Cette association propose encore diverses offres et projets pour parvenir à cet objectif de la parité.

Les chances pour les artistes féminines de recevoir un prix ou une subvention pour leurs œuvres ou leurs réalisations sont donc plus faibles. Parmi les 828 remises de prix ou bourses examinées, seules 37,1% des distinctions ont été accordées à des femmes.

Dans le domaine théâtre/danse/arts performatifs, la situation est plus équilibrée (50,5% des prix pour les femmes). La musique ferme une fois de plus la marche avec seulement 25,8% de femmes primées.

Les femmes sont également sous-représentées dans les fonctions de direction. Ceci s’applique aussi bien pour les conseils d’administration stratégiques et opérationnels des institutions et organisations culturelles que pour les associations professionnelles, d’entreprises et de production. Par exemple, la proportion de femmes dans les conseils d’administration des institutions et organisations culturelles étudiées est de 42%. En revanche, on ne trouve que 34,5% de femmes à la tête des directions et vice-directions.

L’étude souligne toutefois que les écarts entre les disciplines sont considérables: tandis que dans le domaine littéraire, les postes au niveau de la direction sont occupés par 55% de femmes, on ne trouve pas une seule femme à ces postes dans les institutions musicales examinées.